Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libye: intenses combats près de Misrata




Libye: intenses combats près de Misrata
D'intenses combats ont repris dimanche près de Misrata, ville rebelle de l'Ouest libyen assiégée par les forces gouvernementales, alors que les rebelles à Benghazi attendaient des armes de l'Italie.
Les combats se déroulaient à l'ouest de Misrata, grande ville côtière à 200 km à l'est de Tripoli, dans la localité de Bourgueya, selon un correspondant de l'AFP.
Dans le port, une immense colonne de fumée noire se dégageait toujours des dépôts de carburant en flamme après un bombardement samedi matin. Une roquette Grad s'était abattue sur l'un des réservoirs de gasoil près du port, et l'incendie s'est propagé aux dépôts voisins.
Par crainte de pénurie, des queues commençaient à se former devant les stations-service.
Les forces loyalistes «ont détruit seulement les réservoirs qui étaient pleins», a déclaré Ahmed Montasser, un combattant rebelle. «Quelqu'un a signalé les coordonnées exactes des réservoirs à détruire», a-t-il ajouté, dénonçant la présence d'une «cinquième colonne» pro-Kadhafi dans la ville.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, un hélicoptère pro-Kadhafi a lancé au moins 26 mines, pourvues de parachutes, qui ont atterri sur l'entrée et les quais du port, selon le correspondant de l'AFP. Les rebelles ont fait exploser la plupart d'entre elles.
L'Otan avait confirmé samedi qu'un hélicoptère avait violé la zone d'exclusion aérienne jeudi, sans pour autant expliquer pourquoi ses forces chargées de faire respecter cette zone n'étaient pas intervenues.
Pour les habitants, il n'était pas encore question de rationnement, mais obtenir du pain nécessite déjà de patienter longuement devant les boulangeries.
A Benghazi, le vice-président du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, Abdel Hafiz Ghoga, a affirmé samedi soir que l'Italie allait fournir des armes à la rébellion. «Nous allons les recevoir très bientôt», s'est-il réjoui.
A Rome, des sources au ministère des Affaires étrangères ont précisé que l'Italie allait fournir «du matériel d'auto-défense» aux rebelles, dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui impose cependant un embargo sur les armes.
Les rebelles réclament régulièrement des armes pour faire face aux forces gouvernementales, qu'elles combattent depuis la mi-février.
Tout comme la France et le Royaume-Uni, l'Italie a déjà envoyé une poignée de conseillers militaires à Benghazi (est), siège du CNT, pour aider les rebelles à s'organiser. Selon M. Gogha, le nombre de combattants rebelles engagés à travers le pays ne dépasse cependant pas 3.000 personnes.

AFP
Lundi 9 Mai 2011

Lu 283 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs