Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libye : L’opposition prête à discuter avec les proches de Kadhafi




L'insurrection libyenne, en progression sur le terrain, est prête à discuter avec les proches de Mouammar Kadhafi si ce dernier quitte le pouvoir, a déclaré un de ses responsables vendredi en marge du sommet de l'Union africaine à Malabo. «Si on voit que Kadhafi se retire, on est prêt à arrêter (les hostilités) et à négocier avec nos frères qui sont autour de Kadhafi», a dit Mansour Sayf Al-Nasr, coordinateur en France de la rébellion, le Conseil national de transition (CNT).
«On parle de négociations (...) et on ne parle pas de la guerre. Or nos troupes avancent de tous côtés», a ajouté M. Sayf Al-Nasr, n'écartant pas l'idée de prendre Tripoli rapidement.
«Si les opérations militaires avancent pour l'encercler à Tripoli, il (Kadhafi) acceptera (de partir.) Kadhafi est isolé. Il est dans son bunker. Il ne peut se déplacer. Ce n'est pas une vie», selon le responsable rebelle. A Benghazi, les rebelles ont exprimé leur «profonde gratitude» envers Paris, après que la France a parachuté des armes aux combattants dans l'ouest du pays.
«Il ne doit y avoir aucun doute sur le fait que les Libyens des montagnes de Nafoussa (ouest) sont en vie et en sécurité aujourd'hui grâce au courage héroïque des rebelles combiné à la sagesse et au soutien français», a déclaré le vice-président du CNT, Abdel Hafiz Ghoza jeudi soir. Par ailleurs, la France a reconnu mercredi avoir livré des armes légères aux rebelles libyens, dans la région du Djebel Nafoussa, au sud-est de Tripoli.
La France avait informé l'Otan et le Conseil de sécurité de l'ONU de ses livraisons d'armes aux rebelles en Libye, a déclaré vendredi le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, lors d'une visite à Moscou.
«Nous nous situons exactement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité» de l'ONU, a estimé le ministre, interrogé sur les critiques russes au sujet de ces livraisons d'armes.
«Nous avons informé le Conseil de sécurité et nos partenaires de l'Otan», a-t-il ajouté, alors qu'on lui demandait si la France avait informé au préalable l'ONU et l'Alliance atlantique de ces largages d'armes.

AFP
Samedi 2 Juillet 2011

Lu 275 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs