Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Liberté provisoire pour les fonctionnaires de police poursuivis à Meknès pour falsification




La Chambre criminelle près la Cour d'appel de Meknès a décidé, mercredi, d’accorder la liberté provisoire à trois fonctionnaires de police et un retraité de la sûreté nationale, poursuivis pour falsification d'un procès-verbal officiel pour prouver la véracité de faits en sachant qu'ils sont faux.
Cette décision est intervenue après que la défense a interjeté appel de la décision du juge d’instruction ordonnant la poursuite en état de détention de ces policiers, rapporte la MAP.
La défense a demandé à la Cour de poursuivre les accusés en état de liberté provisoire du fait que toutes les garanties légales de leur comparution devant le tribunal sont réunies.
Elle estime aussi que les faits reprochés aux accusés ne sont pas d’une gravité qui impose la poursuite de leur incarcération.
La semaine dernière, la Cour avait décidé le report au 22 août de l’examen de cette affaire pour permettre l'audition des plaignants, une employée d'une agence de transfert de fonds à Meknès et son père.
Selon une source policière, une somme de 33.600 dh a été volée, le 17 octobre 2012, d'une agence de transfert de fonds à Meknès, et les investigations menées sur cette affaire ont mis en cause une employée de l'agence et son père comme étant les auteurs de ce vol.
Cette accusation a été toutefois réfutée par les investigations menées par la Brigade nationale de la police judiciaire après la découverte de fautes professionnelles graves qui ont été commises par les suspects durant l'enquête, précise-t-on.
D'après la même source, les données préliminaires de l'enquête avaient révélé que les mis en cause ont commis de graves infractions professionnelles.
Parmi ces infractions figurent la non-réalisation des investigations nécessaires, la falsification de procès-verbaux officiels et l'inclusion d'accusations fallacieuses dans une procédure relative à une affaire de braquage d'une agence de transfert de fonds, ce qui a entraîné l'accusation de cette employée et de son père.

Samedi 16 Juillet 2016

Lu 332 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs