Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libéralisation des hydrocarbures à partir d’aujourd’hui

L’Etat s’engage à garantir l’approvisionnement du marché




Lors d’un entretien accordé à la MAP, à la veille de la libéralisation du marché des hydrocarbures, qui sera effective à compter du 1er décembre, le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, a assuré que «le ministère va veiller au respect de l’approvisionnement de ce marché, à travers des jaugeages inopinés pour voir l’état des stocks, tout en veillant à garantir l’offre d’un produit de qualité». Le ministre a affirmé également que «l’Etat demeurera garant de l’approvisionnement du marché des hydrocarbures à tous les niveaux de la chaîne sur tout le territoire national, tout en ayant les prix sous la loupe».
Le ministre a noté que les amendements qui vont être introduits sur la loi des hydrocarbures du Dahir 1973 vont permettre à son département d’être en mesure de contrôler l’approvisionnent afin que chaque consommateur puisse être servi quand il se rendra à une station-service. «Par mesure de sécurité, la commission ministérielle, qui sera conduite par le ministère des Affaires générales et de la Gouvernance, va être maintenue afin de veiller sur les prix en vigueur sur le marché, tout en gardant un œil sur les cotations à l’international et le taux de change du dollar», a-t-il expliqué. Pour éviter toute concurrence déloyale qui pourrait s’instaurer, le gouvernement compte se baser sur la loi sur la concurrence et la liberté des prix comme étant le cadre légal pour éviter ce genre de pratique.
Cependant, le ministre a estimé que les mécanismes du marché vont être maintenus. «Le fait d’avoir 15 opérateurs et 2000 stations-services rend difficile d’avoir des positions d’abus, de dominance ou une concurrence déloyale», a souligné M. Amara. Suite à cette libéralisation du marché, il revient à chaque société de fixer ses prix selon ses charges et sa politique commerciale. Pour ce faire, le gouvernement a adopté une approche participative avec les opérateurs économiques concernés, notamment le GPM, a-t-il souligné, précisant que «par cette libéralisation des prix, le marché reviendra à sa situation normale qui permettra des ajustements de plusieurs mécanismes et comportements, et même du citoyen qui bénéficiera des baisses et doit gérer les hausses».
De leur côté, les professionnels se sont bien préparés pour suivre le mouvement de la libéralisation du marché des hydrocarbures. Le président du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM), Adil Ziadi, a affirmé que «toutes les mesures et dispositions nécessaires à la réussite de cette transition, prévue à partir du 1er décembre, ont été prises par les professionnels», précisant que «depuis des mois, les professionnels ont entamé des préparatifs en termes d’investissement, afin de moderniser le réseau et lancer des produits et des services de qualité».
M. Ziadi a souligné que les sociétés ont réalisé des investissements pour le changement automatique des prix à distance au niveau des 2.000 stations-services opérant au Maroc, permettant, ainsi, au client de connaître le prix. « Changement des systèmes d’information, installation de pancartes électroniques d’affichage des prix et amélioration des infrastructures, telles sont les principales préoccupations des sociétés marocaines de distribution, sans oublier le travail qui a été opéré au niveau de la sensibilisation et la communication avec les gérants des stations-services», a-t-il ajouté.
Toutefois, il a noté qu’à compter du 1er décembre 2015, le gasoil 10 ppm sera vendu sur le territoire et le 50 ppm devra donc disparaître des pompes marocaines. «Le passage au 10 ppm permettra de mieux respecter les normes internationales en matière de qualité des produits, notamment des carburants», a fait savoir le responsable, ajoutant que cette mesure devrait aussi avoir des impacts positifs sur l’environnement et la santé publique.
Il est à rappeler que cette procédure d’homologation a été appliquée durant une période transitoire allant du 1er janvier au 30 novembre 2015, après la décompensation définitive de l’essence et du fuel en février 2014 et du gasoil à partir du 31 décembre 2014. Durant cette période, le gouvernement a accompagné les professionnels du secteur pour fixer les prix de certains produits pétroliers, annoncés le 1er et le 16 de chaque mois à partir du 1er janvier jusqu’au 30 novembre 2015.

Mardi 1 Décembre 2015

Lu 1177 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs