Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Leur village étant laissé à l'abandon : Des membres de la tribu Aït Yacine lancent un SOS




Leur village étant laissé à l'abandon : Des membres de la tribu Aït Yacine lancent un SOS
L'abandon par les autorités de leur village et son enclavement inquiètent les membres de la tribu Aït Yacine résidant en France. Ils l'ont fait savoir à travers un SOS adressé aux différents organes de presse français.
C'est ce village situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Guelmim et dont Libé avait rapporté les sit-in organisés par les habitants pour dénoncer l'abandon par les autorités de leur village.
Dans un communiqué de presse adressé à plusieurs tribunes françaises, l'AAYF (Association des Aït Yacine de France) a dénoncé "la situation dramatique" des habitants de Hassi Elgah, d'où sont originaires ses membres. Ce village sahraoui serait plongé dans le dénuement total, en l'absence des services et des infrastructures de base (eau potable, électricité, dispensaires...).
Les populations de Hassi Elgah seraient donc livrées à leur sort depuis de longues années, en dépit des promesses des élus locaux, une situation que déplore Zine El Abidine Aït Bahia, président de l'AAYF. Selon lui, elle aurait contraint de nombreux habitants à l'exode vers les provinces et les régions voisines, à la recherche de meilleures conditions de vie.
Sentant leur région d'origine exclue des projets régionaux de développement, les membres de l'AAYF souhaitent conjuguer leurs efforts avec  la récente mobilisation des habitants du village, en lançant un appel aux responsables gouvernementaux. Ils demandent que des actions soient entreprises pour le désenclavement et l'amélioration des conditions de vie des populations de Hassi Elgah.
Zine El Abidine précise qu'"aujourd'hui, le village est sans courant électrique, sans eau potable, sans réseau de communication, sans structures de soins, sans infrastructure routière…". Et d'ajouter que "des enfants, des femmes et des vieillards sont (...) privés des besoins vitaux".
L'AAYF demande en l'occurrence la mise en œuvre d'une politique de développement, dans le cadre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), pour que ce village sahraoui puisse être équipé du minimum requis à même d'assurer la survie de ses habitants. Ce cri du cœur trouvera-t-il un écho favorable auprès des autorités?

Ahmadou El Katab
Vendredi 24 Septembre 2010

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs