Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les voisins français de Brangelina témoignent




Un mythe s'effondre : beaux, riches, altruistes et célèbres, Angelina Jolie et Brad Pitt seraient loin d'être les voisins rêvés. Pour certains habitants de Correns, où les deux stars américaines ont élu domicile en 2008 - ils sont les propriétaires du château de Miraval -, la star oscarisée et le comédien de légende les prennent tout simplement pour des «culs-terreux», dixit les révélations faites dans les pages du «Journal du Dimanche» ce 2 août. «Mon voisinage avec Brad Pitt et Angelina Jolie ? Rien à voir avec ces gens-là ! », scande une habitante. « On leur a écrit – en anglais – pour une association qui lutte contre la mucoviscidose : jamais eu de réponse », rapporte une ancienne membre de l’Office du tourisme. « Il y a des maçons, des artisans, des gens qui connaissent la vigne. Ils ne les font pas travailler. Ce n’est pas normal», se révolte un villageois.
Selon les propos rapportés, le couple de stars a ses habitudes bien rodées. Lorsqu'ils viennent à Correns, Angelina Jolie et Brad Pitt se la jouent profil bas, au risque de passer pour des sauvages. Le but? Eviter d'attirer l'attention afin de préserver le confort de leur tribu, sans cesse poursuivie par les photographes du monde entier. Accompagnés de leurs six enfants - Maddox, Pax, Zahara, Shiloh, Vivienne et Knox -, les acteurs ont seulement été aperçus à l'occasion d'«épisodiques virées» espacées sur plusieurs années. Un témoin se remémore notamment un vide-greniers organisé dans la commune voisine d'Entrecasteaux, en 2011. «Dès qu’elle a vu les appareils photo, Angelina a pris la fuite. Brad, lui, est resté très cool : vous pouvez me prendre en photo, mais vous ne touchez pas aux enfants.» Un ancien garde ajoute : «Brad Pitt est très sympa. Une fois, il est sorti pour me demander du feu. Elle est plus distante».
Les habitants évoquent également les allées et venues des Brangelina, qui se sont récemment rendus dans le Sud de la France en seconde classe. «L'hélicoptère c'est surtout pour elle. Généralement, quand ils sont en famille, ils arrivent en voiture depuis l’aéroport de Nice ou de Marseille. Trois ou quatre véhicules aux vitres fumées les attendent. Chacun emprunte un itinéraire différent pour semer les paparazzis», explique un ancien membre de la sécurité. De même, la propriété de Miraval est étroitement surveillée au quotidien. «Je vous déconseille de vous y aventurer. Ce sont d’ex-militaires américains et des forces britanniques SAS surentraînés», ajoute-t-il. Du côté des commerçants, on reste pragmatique. «On aurait bien aimé qu’ils nous invitent pour la crémaillère», plaisante la propriétaire d'une maison d’hôtes. «Mais être situé à proximité a des avantages : ça fait de la pub», reconnaît-elle.

Libé
Vendredi 7 Août 2015

Lu 467 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs