Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les violences se poursuivent en Syrie


Les fournisseurs d’armes montrés du doigt



Les violences se poursuivent en Syrie
Plus de 30 personnes, dont des civils et des miliciens pro-régime, ont été tuées dans l'explosion d'une voiture piégée dans la ville de Salmiyé, dans la province de Hama (centre), a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Un haut responsable du régime syrien a confirmé à l'AFP la mort de dizaines de personnes dans l'attaque, qui visait, selon l'OSDH, un bâtiment utilisé par des forces paramilitaires fidèles au régime du président Bachar al-Assad.
Une autre explosion a secoué lundi soir le quartier aisé de Doummar, au nord-ouest de Damas, faisant un nombre indéterminé de victimes selon l'OSDH.
Doummar est un des sept quartiers les plus aisés de la capitale. Si le coeur de Damas a plusieurs fois été touché par des attentats spectaculaires, ces quartiers sont épargnés par les combats, l'Armée syrienne libre n'y étant pas présente.
Dans la journée, des avions militaires syriens avaient mené des raids à la périphérie de Damas, selon l'OSDH, alors que l'électricité revenait progressivement dans la capitale après une coupure généralisée de plus de 12 heures.
De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et son émissaire pour la Syrie Lakhdar Brahimi ont critiqué lundi les "puissances extérieures" qui arment le gouvernement syrien et l'opposition, a indiqué le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky.
Les deux hommes, qui se sont rencontrés lundi à New York, ont aussi fait part de leur "profonde inquiétude" devant le bilan des morts depuis 22 mois de crise en Syrie et de leur frustration devant l'incapacité des grandes puissances membres du Conseil de sécurité à s'unir pour mettre fin à la violence.
MM. Ban et Brahimi "ont exprimé leurs profondes déception et inquiétude devant l'ampleur terrible des tueries et des destructions commises par le gouvernement et l'opposition et alimentées par des puissances extérieures qui fournissent des armes aux deux camps", a indiqué M. Nesirky sans nommer les fournisseurs d'armes.
La Russie et l'Iran fournissent des armes au régime syrien et Damas accuse la Turquie et des pays du Golfe comme le Qatar ou l'Arabie saoudite d'en faire de même avec les opposants au régime.

Libé
Mercredi 23 Janvier 2013

Lu 175 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs