Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les violences se poursuivent au Yémen : Evasion spectaculaire de douze détenus d’Al-Qaïda




Douze détenus membres du réseau Al-Qaïda se sont évadés de la prison centrale d’Aden, principale ville du sud du Yémen, a annoncé, lundi, un responsable des services de sécurité. Au total, 14 détenus se sont évadés de la prison située dans le quartier d’Al Mansoura en creusant un tunnel de six mètres de long, a précisé ce responsable à l’AFP.  «Douze détenus d’Al-Qaïda font partie du groupe qui s’est évadé», a-t-il déclaré.
Le 22 juin, une soixantaine de détenus liés à Al-Qaïda s’étaient évadés d’une prison de Moukalla, dans le sud-est du Yémen, après avoir attaqué leurs gardiens et tué l’un d’eux. Cette évasion intervient alors que le réseau étend son influence dans le sud du Yémen, à la faveur de l’instabilité découlant de l’affaiblissement du pouvoir central.
Par ailleurs, un manifestant a été blessé lors de la dispersion par les forces de sécurité de centaines de personnes réclamant la sécession du sud du Yémen à Aden (sud) lundi avant l’aube, ont indiqué des militants du Mouvement sudiste.
Selon ces militants, la police a évacué de force des centaines de manifestants qui avaient érigé des tentes sur la place al-Ouroud après une rencontre nocturne entre une délégation du Mouvement sudiste et l’émissaire de l’ONU au Yémen, Jamal Benomar.
Les manifestants avaient hissé des drapeaux de l’ex-Yémen du sud sur les tentes et entendaient demeurer sur cette place attenante au bureau de l’ONU pour faire entendre leurs revendications.
 «La police a tiré en notre direction, et l’un des véhicules de la police a heurté un manifestant, le blessant», a affirmé à l’AFP un militant qui a requis l’anonymat.
Nasser al-Nouba, un dirigeant du Mouvement sudiste, a déclaré à l’AFP que la délégation de son groupe avait réclamé au cours de la rencontre avec l’émissaire de l’ONU «le droit du peuple du Yémen du sud à l’autodétermination».
M. Benomar avait joué un rôle de premier plan dans les efforts ayant abouti à la signature par le président yéménite contesté Ali Abdallah Saleh le 23 novembre à Ryad d’un accord avec l’opposition parlementaire pour le transfert pacifique du pouvoir.
Conformément à l’accord, un dialogue national doit se tenir afin de trouver une solution à la question sudiste. Le Yémen du sud était un Etat indépendant jusqu’en 1990 et ses habitants se plaignent de discrimination de la part du pouvoir central à Sanaa.

AFP
Mardi 13 Décembre 2011

Lu 582 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs