Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les violences gagnent la banlieue de Damas : Combats autour de positions de la Garde républicaine syrienne




Les violences gagnent la banlieue de Damas : Combats autour de positions de la Garde républicaine syrienne
De violents combats entre armée syrienne et rebelles ont éclaté mardi à huit km du centre de la capitale, autour de positions de la Garde républicaine, corps d’élite chargé de la sécurité de Damas et ses banlieues, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
«De violents combats se déroulent autour des positions de la Garde républicaine à Qadsaya et al-Hama, à huit km de la place des Ommeyyades» qui se trouve au coeur de Damas, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.
«C’est la première fois que le régime a recours à l’artillerie lourde dans des combats aussi proches de la capitale», a-t-il indiqué. Lors d’accrochages précédents dans et près de la capitale, seule l’artillerie légère avait été utilisée.
«Ce développement est important car il s’agit des combats les plus violents dans cette zone, et qu’ils se se rapprochent du coeur de la capitale», précise-t-il.
Selon lui, les combats ont débuté il y a plusieurs heures et ne se sont pas encore arrêtés, et les rebelles ont «fait exploser un canon de l’armée à l’entrée de Qadsaya».
«Ces banlieues abritent des casernes de troupes très importantes pour le régime à l’instar de la Garde républicaine. C’est là aussi où habitent des familles d’officier», précise-t-il.
Par ailleurs, l’ambassadrice américaine à l’ONU Susan Rice a déploré lundi «l’echec cuisant» de l’ONU en Syrie et a renouvelé son appel à des sanctions pour faire pression sur Damas, au cours d’un débat aux Nations unies sur la protection des civils dans les conflits. «Depuis plus d’un an, ce Conseil s’est montré incapable de protéger la population syrienne des actions brutales de son gouvernement», a-t-elle affirmé, soulignant que la répression menée par Damas «est devenue de plus en plus répréhensible et dangereuse pour la paix et la sécurité internationales».
«Nous devons prendre des mesures efficaces, y compris en imposant des sanctions sous le chapitre 7 (de la charte de l’ONU) pour faire pression» sur Damas, a-t-elle réaffirmé. «C’est une honte de voir ce Conseil rester passif plutôt que de se mobiliser», a-t-elle ajouté.
Son homologue britannique Mark Lyall Grant a réclamé une «action ferme pour contraindre le régime syrien» à mettre fin à la violence et à appliquer le plan de paix du médiateur Kofi Annan. «Nous sommes désormais engagés dans un ultime effort pour ranimer le plan Annan», a-t-il averti.
AFP

Libé
Mercredi 27 Juin 2012

Lu 199 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs