Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les victimes des inondations de 1996 continuent à squatter cinq écoles casablancaises: Les sinistrés de l'ancienne médina «relogés» dans des établissements scolaires




Les victimes des inondations de 1996 continuent à squatter cinq écoles casablancaises: Les sinistrés de l'ancienne médina «relogés» dans des établissements scolaires
Les sinistrés des maisons menaçant ruine de l'ancienne médina sont désormais logés dans des écoles publiques. Près de 30 familles  ont pris place dans les écoles Ziraoui et El Hansali ainsi que dans l’enceinte du stade Larbi Ben M'barek. Une solution qui ne semble pas faire l'unanimité, ni le bonheur de ceux auxquels elle s'adresse.
Pour Moussa Sirajeddine, président de l'Association Awlad L'mdina, pareille opération est inadmissible et inhumaine vu les futures conditions de vie de ces habitants. «On a constaté qu'il y a près de trois familles par classe. Alors on se demande comment des familles composées de plusieurs membres peuvent cohabiter dans un espace si confiné », nous a-t-il déclaré. D'après lui, il faut parler plutôt d'une population « casée » dans des écoles et non relogées.  Une mesure qui rappelle une autre.  Celle  des victimes des  inondations survenues à Casablanca en 1996 qui sont encore parquées dans cinq écoles situées dans la préfecture Al Fida Derb Sultan sans être relogées pour autant.
Selon lui, il y a une volonté réelle de déloger et de déplacer les habitants de l'ancienne médina que ni le projet de l’avenue Royale, ni la Sonadac ne sont arrivés à déloger. Il estime qu'il y a un groupe de pression défendant des intérêts occultes qui manigance  afin d'expulser les habitants de chez eux, profitant du climat qui règne depuis les événements tragiques survenus dernièrement et qui ont fait  9 morts et plusieurs blessés.
Notre source nous a également indiqué que ce groupe de pression manœuvre à travers l'émission d'avis de démolition (décision communale provisoire), paraphés par le wali ainsi que par le président de la commune de Casablanca. Une décision qualifiée d'illégale par notre source qui nous a expliqué que ces avis doivent émaner non pas d'une quelconque autorité administrative mais faire l'objet d'une décision de justice. « Les maisons menaçant ruine de l'ancienne médina sont des propriétés privées et toute expulsion doit faire objet d'un jugement. Le hic, c'est que les gens ont été délogés  sans se voir proposer de solutions de relogement ou de dédommagement », nous a-t-il confié. Or, il semble que les autorités administratives aient été réfractaires à tout jugement en référé malgré le peu de temps que prend pareille procédure.
Des propos que ne semble pas partager Abdelhafid Bakkali, élu de la commune de Sidi Belyout. Selon lui, c'est la sécurité des habitants qui prime. « On ne peut pas rester les bras croisés jusqu'à ce qu'il y ait d'autres  victimes. Je crois qu’il est de notre responsabilité de sauver des vies avant   qu'un nouveau drame ne se produise. Il est vrai que  le relogement de ces habitants dans des écoles n'est pas la meilleure solution, mais elle reste l'issue la plus pratique pour l'instant vu les difficultés qui entravent l'opération de relogement», nous a-t-il précisé.  
Mais combien va durer cette solution? «Pas longtemps, répond notre source, les travaux de commissions chargées du relogement et les discussions avec les opérateurs immobiliers sont en cours. Aujourd'hui, on dispose de près de 30 logements mais ce n'est pas suffisant ».
M. Bakkali nous a aussi indiqué que les fonds nécessaires à cette opération ont été débloqués mais il reste maintenant à attendre les résultats des expertises à étudier les dossiers des concernés  et à trouver du foncier. 
Concernant les accusations relatives à un éventuel plan de déplacement des habitants de l'ancienne médina piloté par les autorités locales, certains élus et des lobbies immobiliers, M. Bakkali les a réfutées en indiquant que les avis de démolition font partie des compétences des bureaux d'étude qui sont seuls  habilités à les émettre. Ceci d'autant plus que l'ensemble des maisons de l'ancienne médina ne sont pas menacées de démolition et du coup, les habitants ne sont pas censés quitter leurs lieux de résidence. « Il ne faut pas confondre les choses. S'il est vrai qu'il y a des maisons qui seront démolies, d'autres  vont subir seulement des opérations de renforcement ou de réhabilitation », nous a-t-il expliqué.
Pour l'édile de la ville, s'il y a problème, il est du fait des propriétaires de maisons menaçant ruine qui ont surgi de nulle part pour imposer aux locataires de quitter leurs foyers en s'appuyant sur les avis de démolition. « Il y a confusion mais cela ne doit pas nous empêcher de trouver l'issue la plus rapide possible à ce problème qui n'a que trop duré », a-t-il conclu.  
 

Hassan Bentaleb
Vendredi 22 Juin 2012

Lu 596 fois


1.Posté par khachkhouche mimet le 23/06/2012 09:04
Encore une fois la vérité rejaillit et nous met face à cette triste réalité qui nous refroidit et celà malgrés le faux l'intoxe et le mensonge dont sont spécialisés nos journaux et nos journalistes Voilà plus de 06 années que ces marocains vivent un calvaire mais ils ne sont pas seules notre pays pululle de ces cas Et nos dirigeant veulent nous faire croire le contraire Pauvre maroc les mafieux spéculent à tout vas et le peuple créve Mais nous n'avons pas le droit d'écrire celà dans notre beau Maroc qui prend l'eau qui coule sous les malheurs de son peuple

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs