Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les traditions orales bientôt encadrées par la loi

La préservation du patrimoine humain marocain à l’ordre du jour




Les traditions orales bientôt encadrées par la loi
«L’une des plus grandes menaces à la viabilité du patrimoine culturel immatériel est la diminution du nombre de ceux qui pratiquent l’artisanat, la musique, la danse ou le théâtre traditionnel… ainsi que la réduction du nombre de ceux qui ont la possibilité d’apprendre auprès d’eux », estime le ministère de la Culture qui a élaboré dernièrement un projet de loi relatif aux Trésors humains vivants.
Ce projet vise à sauvegarder durablement les traditions orales et à encourager les détenteurs du patrimoine culturel et traditionnel marocain « à continuer de transmettre leurs connaissances et leur savoir-faire aux jeunes générations ».
Sont concernées par ce projet, toutes « personnes qui possèdent à un haut niveau les connaissances et le savoir-faire nécessaires pour interpréter ou recréer des éléments  spécifiques du patrimoine culturel immatériel et qui peuvent assurer la transmission de leurs connaissances et savoir-faire aux jeunes générations », peut-on lire sur le site Internet du secrétariat général du gouvernement. Ce projet de loi institue un cadre juridique réglementant la reconnaissance des détenteurs du patrimoine culturel immatériel.
D’autant plus qu’il définit les critères de sélection des  Trésors humains vivants, fixe les modes de financement nécessaires  pour la gestion, la promotion et la pérennisation du système et stipule aussi les droits et obligations des Trésors humains vivants sélectionnés et de  leurs apprentis.
En outre, il prévoit la création d’une commission nationale (art. 5) chargée de sélectionner des candidats au titre de Trésor humain vivant et de veiller à la mise en œuvre du système.  Cette commission, dont les membres seront nommés par décret sur proposition de l’Autorité gouvernementale, sera chargée de « donner un avis consultatif sur l’établissement et la mise à jour régulière des inventaires du patrimoine culturel immatériel et de ses détenteurs; définir et proposer, pour une période déterminée, les aspects du patrimoine culturel immatériel au sein desquels seront désignés, en priorité, des détenteurs en qualité de Trésors humains vivants, en fonction des critères (précis)» (Art.9).
L’Autorité gouvernementale, qui étudiera les modalités de prise en charge financière du système des Trésors humains vivants dans le cadre du Fonds national pour l’action culturelle (FNAC, Art. 14), sera également assistée dans sa tâche par un secrétariat.

Alain Bouithy
Jeudi 4 Juillet 2013

Lu 368 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs