Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les terrains non bâtis, source de problèmes écologiques et sécuritaires à Essaouira

Des citoyens réclament des solutions viables et efficaces




«La situation devient infernale. Nous sommes pris entre le marteau de la puanteur et l’enclume de la vulgarité et de la violence des groupes de jeunes qui ont transformé le terrain non bâti situé devant ma maison en toilette publique et  lieu de regroupement », se plaint un habitant de la rue Oued Lecksob au quartier des lagunes à Essaouira.
Les terrains non bâtis situés au milieu des quartiers résidentiels rendent la vie difficile aux citoyens qui ne cessent de se plaindre. Transformés en décharges publiques et blocs sanitaires à ciel ouvert, ces espaces constituent actuellement des points noirs écologiques à traiter d’urgence par les services compétents, estiment nombre d’observateurs.
«De plus en plus de gens n’hésitent pas à jeter leurs ordures ménagères voire des gravats des chantiers de construction  dans le terrain à côté. Ce sont des actes irresponsables et illégaux, mais personne n’est là pour les réprimer, ce qui n’arrange pas les choses et pourrit la vie des citoyens des environs de cet espace», s’indigne un habitant du quartier Azlef.
Pour le maire de la ville, la solution pour ce genre de problèmes commence par le paiement de la taxe annuelle imposée aux terrains non bâtis. Il s’est, par ailleurs, engagé à réagir aux réclamations des citoyens en apportant des solutions viables et efficaces qui impliquent les propriétaires des terrains en premier lieu.
Outre l’aspect écologique, la sécurité et la quiétude de plusieurs familles se trouvent menacées suite à la transformation de ce type de terrains en lieux de rassemblement de délinquants et de jeunes violents irrespectueux et provocateurs.
Des jeunes dont le comportement et les habitudes perturbent l’ordre public et la tranquillité des lieux, ce qui contraint les habitants à prendre leur mal en patience. Chose que ces derniers ne supportent plus d’autant plus que ces bandes de jeunes délinquants agissent à proximité des lieux d’habitation.
En effet, « ils se regroupent face à ma maison chaque soir avec leurs motos bruyantes et leur langage vulgaire et provocateur. Les familles sont maintenant menacées dans leur sécurité et leur stabilité sociale», s’offusque un autre habitant du quartier des lagunes. Comme d’autres, ce citoyen qui n’arrive plus à vivre dans un tel environnement, réclame la protection des services sécuritaires face à des comportements que les habitants qualifient de « menaçants et terrorisants ». 

Abdelali Khallad
Samedi 10 Octobre 2015

Lu 1198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs