Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les taux de mortalité infantile en baisse de plus de la moitié depuis un quart de siècle

16.000 enfants de moins de 5 ans meurent encore chaque jour




La mortalité infantile a enregistré une baisse spectaculaire depuis un quart de siècle, relève un rapport sur les « Niveaux et tendances en matière de mortalité de l’enfant » (Levels and Trends in Child Mortality 2015) rendu public mercredi 9 courant.
Publié par l’Unicef, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Groupe de la Banque mondiale et la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations unies, le nouveau rapport indique que les taux de mortalité infantile ont baissé de plus de moitié par rapport à 1990.
Les auteurs du rapport précisent que le nombre de décès d’enfants de moins de 5 ans est passé de 12,7 millions par an en 1990 à 5,9 millions en 2015. Ce qui est une bonne nouvelle d’autant plus que c’est la première année où ce chiffre passe en-dessous de la barre des 6 millions.
Ce rapport indique aussi que les progrès relatifs à la réduction de la mortalité des moins de 5 ans ont connu une accélération de manière générale dans le monde et que le taux annuel de ladite réduction est passé de 1,8% sur la période 1990-2000 à 3,9% sur la période 2000-2015.
Autres enseignements : 10 des 12 pays à faible revenu ayant réduit leur taux de mortalité des moins de 5 ans d’au moins deux tiers se situent en Afrique et 5 décès d’enfants de moins de 5 ans sur 10 dans le monde surviennent en Afrique subsaharienne et 3 sur 10 en Asie du Sud.
«Nous devons reconnaître que des progrès considérables ont eu lieu dans le monde, notamment depuis 2000, de nombreux pays ayant triplé leur taux de réduction de la mortalité des moins de 5 ans», s’est félicitée la directrice générale adjointe de l’Unicef, Geeta Rao Gupta. Wu Hongbo, le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les affaires économiques et sociales, affirme pour sa part que «ce nouveau rapport confirme les principales conclusions de la révision du World Population Prospects de 2015 sur le remarquable déclin de la mortalité infantile dans le monde au cours des 15 ans de l’ère des OMD», soulignant que les améliorations rapides ayant eu lieu depuis 2000 ont sauvé la vie de millions d’enfants.
Si la réduction des taux de mortalité infantile constitue une bonne nouvelle, son effet reste toutefois limité. Puisque,  malgré de nets progrès au niveau mondial,  16.000 enfants de moins de 5 ans meurent encore chaque jour.
Par ailleurs, font observer les auteurs du rapport, la réduction de 53% de la mortalité des moins de 5 ans n’est pas suffisante pour atteindre l’Objectif du millénaire pour le développement d’une baisse de deux tiers entre 1990 et 2015.
Le nombre trop élevé d’enfants qui meurent encore de causes évitables avant leur cinquième anniversaire, et même au cours de leur premier mois de vie, est tel que Geeta Rao Gupta estime que cela «doit nous inciter à redoubler d’efforts pour prendre les mesures nécessaires».
C’est pourquoi, Wu Hongbo estime que les améliorations observées depuis 1990 «devront être poursuivies et même accélérées, en particulier dans les pays d’Afrique subsaharienne où la mortalité est élevée, pour atteindre la cible pour la survie de l’enfant proposée dans le cadre du Programme de développement durable à l'horizon 2030».
Se référant au rapport, l’OMS note sur son site que c’est à la naissance et dans la période postnatale que la situation est la plus préoccupante et qu’environ 45% des décès des moins de 5 ans surviennent au cours de cette période, c’est-à-dire dans les 28 jours suivant la naissance.
L’analyse des données recueillies dans le cadre de ce rapport indique aussi qu’un million de décès néonatals surviennent le jour de la naissance, et près de 2 millions d’enfants meurent dans la semaine qui suit leur naissance.
La même source ajoute que près de la moitié des décès des enfants de moins de 5 ans sont liés à la sous-nutrition. Mais que ceux-ci sont causés en général par la prématurité, la pneumonie, les complications au cours du travail et de l’accouchement, la diarrhée, les infections et le paludisme.
D’après les auteurs du rapport, la plupart des décès d’enfants sont facilement évitables avec des interventions ayant fait leurs preuves et facilement accessibles.
Ainsi, soutiennent-ils, le rythme de réduction de la mortalité de l’enfant peut être considérablement accéléré en se concentrant sur les régions qui connaissent les taux les plus élevés, à savoir l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud, et en ciblant les nouveau-nés.
Le Dr Flavia Bustreo, sous-directrice générale à l’OMS, assure que «nous savons comment réduire la mortalité néonatale infantile évitable. Des soins de qualité au moment de la naissance avec des mesures simples et accessibles comme le contact peau à peau précoce, l’allaitement au sein exclusivement et des soins supplémentaires pour les bébés de petite taille et les bébés malades peuvent sauver des milliers de vies chaque année».
Afin de donner aux nouveau-nés toutes les chances de commencer leur vie en bonne santé, cette responsable assure que «la Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l'enfant et de l'adolescent, qui doit être lancée lors de l’Assemblée générale des Nations unies ce mois-ci, sera un catalyseur majeur ».
Tout en reconnaissant que de nombreux pays ont fait des progrès remarquables en ce qui concerne la réduction de leurs taux de mortalité de l’enfant, Dr Tim Evans, directeur principal du département Santé, nutrition et population du Groupe de la Banque mondiale, est persuadé qu’«il y a encore beaucoup à faire d’ici 2030 pour garantir que toutes les femmes et les enfants aient accès aux soins dont ils ont besoin».
Pour rappel, environ un tiers des pays dans le monde, soit 62 en tout, a atteint la cible des OMD visant à réduire de deux tiers la mortalité des enfants, et 74 autres ont réduit leur taux au moins de moitié.

Alain Bouithy
Vendredi 11 Septembre 2015

Lu 554 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs