Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les talibans pakistanais promettent de nouvelles violences

Les pourparlers avec le gouvernement dans l’impasse




Les talibans pakistanais promettent de nouvelles violences
Les talibans pakistanais ont menacé vendredi de lancer une nouvelle vague d’attaques contre le gouvernement après avoir désigné un nouveau chef, le mollah Fazlullah, considéré comme un «dur» au sein du mouvement.
«Nous allons prendre les forces de sécurité pour cible, les installations du gouvernement, les dirigeants politiques et la police», a déclaré Asmatullah Shaheen, un responsable du mouvement islamiste joint au téléphone par Reuters depuis un endroit tenu secret.
Il a précisé que les talibans cibleraient tout particulièrement les militaires et les sites officiels situés dans la province du Penjab, fief politique du Premier ministre, Nawaz Sharif.«Nous avons un plan mais je veux clairement dire une chose: nous n’allons pas nous attaquer aux civils, aux bazars et aux lieux publics. La population ne doit pas avoir peur», a-t-il souligné.
Le mollah Fazlullah, ancien commandant dans la vallée de Swat réputé pour ses opinions radicales et son opposition à tout dialogue de paix, a été élu lors d’un Conseil de la Choura (assemblée traditionnelle). Il succède à Hakimullah Mehsud, tué lors d’une attaque de drone américain.
Surnommé «le mollah Radio» pour ses prêches enflammés sur les ondes, Fazlullah est considéré comme un «dur» au sein même du mouvement taliban. Il commandait les hommes qui ont tiré en 2012 sur la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai pour dénoncer sa campagne pour la scolarisation des filles, à laquelle les talibans sont hostiles.
S’agissant des attaques de drone, Asmatullah Shaheen a déclaré: «Le Pakistan est un esclave de l’Amérique. C’est une colonie américaine». Le gouvernement d’Islamabad condamne officiellement les attaques de drones américains comme une atteinte à la souveraineté nationale mais en privé, des responsables les soutiennent.
Jeudi, à l’annonce de la désignation de leur nouvel «ameer» (chef), les talibans pakistanais ont rejeté le principe de pourparlers de paix avec le gouvernement.
Les talibans pakistanais se battent pour tenter de renverser le gouvernement de Nawaz Sharif, et imposer la «charia» dans ce pays qui détient, comme son grand voisin et rival indien, l’arme nucléaire.
Aucune négociation de paix significative n’a eu lieu avec le pouvoir depuis l’arrivée au pouvoir de Nawaz Sharif en mai.

Reuters
Samedi 9 Novembre 2013

Lu 62 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs