Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les statistiques des cas de Sida au Maroc restent loin du compte : Le traitement antirétroviral serait-il le remède de l’espoir ?




Les statistiques des cas de Sida au Maroc restent loin du compte : Le traitement antirétroviral serait-il le remède de l’espoir ?
A quelques jours de la conférence internationale sur le Sida qui se tiendra à Washington du 22 au 27 courant, l’espoir de mettre bientôt fin à la pandémie est envisageable et ce, quoique les espérances d’éradiquer définitivement la maladie ne soient pas d’actualité pour le moment. Malgré le handicap des réductions des contributions financières des grands pourvoyeurs, crise oblige, la lutte contre le Sida a fait d’énormes progrès ces dernières années et cela s’en ressent. Selon l’Onusida, le nombre de personnes infectées par le VIH a diminué de quelque 20% tout comme les décès d’ailleurs de par le monde et la trajectoire de la maladie aurait même un effet « revers » de par sa réaction. Aujourd’hui,  grâce aux traitements antirétroviral dès lors que les personnes infectées en bénéficient au plus tôt, l’espérance de vie n’en devient que plus grande.  
Avec l’utilisation anticipée du traitement antirétroviral contre la transmission de l'infection au VIH, on envisage de nouveaux horizons, les vertus thérapeutiques n’en étant que plus efficaces. En outre, le traitement antirétroviral réduirait les risques de contamination chez le partenaire dans un couple « sérodifférent » en plus de baisser les infections opportunistes (plus particulièrement pulmonaires) reliées à l’infection du VIH et de réduire les décès.  Les progrès sont tels donc, que l’on estime aujourd’hui à quelque 2,4 millions de personnes nouvellement atteintes pour l’année passée contre plus de 3 millions deux ans plus tôt. C’est dire que l’optimisme est de rigueur. 
Au Maroc, la situation est autre et bien inquiétante.  Notre pays est loin de suivre la tendance à la baisse enregistrée dans le monde.
 Le nombre de séropositifs est en perpétuelle augmentation et ce, sans répit aucun, à chaque année que Dieu fait. On estime à quelque trente mille leur population, soit un taux de prévalence qui avoisinerait 0,15%, trois fois plus pour les pays européens. L’idée reçue dans ce cas précis et on en rirait presque, c’est  que «la circoncision fait baisser les risques de transmission». C’est peut-être vrai quelque part mais pas tout à fait exact.  En 25 ans (1986 à 2011), 6453 cas seulement ont été recensés selon notre ministère de la Santé, 4.169  d’entre eux développant la maladie et le reste, 2284, serait porteur du virus. Les catégories de population les plus exposées sont les professionnelles du sexe et les drogués. Les prostituées et les homosexuels représentant 5% contre 22% pour la seconde catégorie. Cette dernière qui voit sa majorité se concentrer dans le Nord du pays principalement Tanger, Tétouan et Nador  se caractérise par la consommation de drogues dures injectables une fois de plus contrairement aux idées reçues. 
Plus de 70% des personnes infectées sont âgées de plus de 25 ans, la tranche allant à 44,2% d’enfants ont été contaminés à la naissance par leur mère.  D’ailleurs, le sexe féminin dans l’affaire en paye le lourd tribue de par les contaminations avec un peu plus de la moitié des atteints. La plupart des femmes touchées par la maladie, l’ayant été par leur conjoint, les principales causes de la  transmission étant la voie hétérosexuelle et les injections de seringues utilisées en commun par les drogués.
Enfin, côté budget alloué à la lutte contre ce fléau, il est estimé pour une période de cinq ans (2011-2016) à 810 millions de dirhams, l’Etat participant à 46%. On puise dans le programme du Fonds mondial à hauteur de 41%, la participation  restante est soutirée de diverses sources nationales.
 
 

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 18 Juillet 2012

Lu 2545 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs