Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les six minutes qui tuent




Les six minutes qui tuent
Ces six minutes surréelles sont déjà entrées dans la grande histoire de la Coupe du monde: entre les 23e et 29e minutes, l'Allemagne a inscrit quatre buts à la Seleçao dans "son" Mondial-2014 et broyé le rêve du Brésil tout entier.
Cette demi-finale s'est achevée sur un score improbable de 7-1; c'est un massacre. Un résultat totalement fou conditionné par la séquence qui a fait basculer ce match dans une autre dimension, comme si la Coupe du monde déraillait, comme si l'histoire entrait dans une faille spatio-temporelle, mardi à Belo Horizonte.
Il y avait eu les 66 secondes séparant les deux premiers buts de l'équipe de France face à la Suisse au premier tour, finalement écrasée 5-2. Un fait d'armes pulvérisé par la séquence allemande.
Müller avait ouvert la marque dès la 11e minute, en reprenant au deuxième poteau, seul, un corner de Kroos. Un choc pour le stade de "BH", entièrement jaune, mais vite surmonté par des chants de soutien reprenant de plus belle.
Et puis ça s'est emballé, la mécanique allemande s'est mise en marche et a roulé sur le corps du Brésil. 23e minute, but, 24e, but, 26e, but, 29e, but ! Incroyable ! Le Brésil mené 5-0 au bout d'une demi-heure de jeu !
Le stade du Mineirao, hagard est tombé dans un état d'hébétude. Quelques clameurs, perdant en intensité à chaque nouveau ballon dans les filets. C'est un cauchemar, on va se réveiller, pensaient tous les Brésiliens. Mais non.
Des professionnels contre des minimes, des joueurs d'élite contre des amateurs du dimanche sur champ de patates, il y avait quelque chose d'humiliant dans ce laps de temps irréel. De pathétique.
 
Le calice 
Chaque offensive allemande ou presque allait au bout, s'amusant d'une défense brésilienne aux abois. L'arrière-garde de Luiz Felipe Scolari était certes privée de son patron, le capitaine Thiago Silva. Mais son remplaçant Dante et David Luiz ne sont pas précisément des perdreaux de l'année. Ils ont pourtant bu le calice jusqu'à la lie.
Comme un symbole, c'est Klose qui a ouvert l'avalanche en inscrivant son 16e but en Coupe du monde, nouveau record détrônant Ronaldo là où le Fenomeno a commencé sa carrière professionnelle, quand il jouait au Cruzeiro. A la 23e minute, l'avant-centre allemand s'y est repris à deux fois pour battre Julio Cesar.
Pas le temps de dire ouf, Kroos entre en action: 24e minute, sur un centre de Lahm, Müller rate le ballon qui échoit à Kroos. Le meneur de jeu, esseulé, reprend d'un extérieur du gauche et crucifie "JC".
Et un, et deux, et trois zéro. Les Brésiliens connaissent la chanson depuis un certain soir de 1998 au Stade de France. Mais ce n'était pas fini, et ils allaient apprendre à compter jusqu'à cinq en allemand.
Kroos, toujours lui, chipe le ballon à Fernandinho et conclut après un une-deux avec Khedira (26e). 4-0.
On respire un peu... pas trop: Hummels s'avance plein axe, Khedira prolonge la percée, s'appuie sur Özil qui lui remet en retrait et s'applique du plat du pied (29e). Cinq zéro!
Il y eut encore des buts dans cette rencontre historique. Mais c'était anecdotique. Les six minutes avaient tué le match. 

Jeudi 10 Juillet 2014

Lu 88 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs