Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les singes ont aussi une capacité de mémoire




Des scientifiques américains ont découvert que les singes étaient capables de se souvenir d'éléments qu'ils avaient vu, exactement comme les humains.
L'Homme n'est pas le seul primate doué de mémoire. C'est ce que viennent tout juste de révéler des chercheurs de l'Université d'Emory aux Etats-Unis. Pour la toute première fois, ceux-ci sont en effet parvenus à fournir la preuve que les singes sont également capables d'emmagasiner des informations et de s'en souvenir. Une découverte qui ouvre de nombreuses voies quant aux capacités de nos lointains cousins.
Dans cette nouvelle étude publiée dans la revue Current Biology, les scientifiques ont entraîné 5 singes rhésus à un nouveau test de mémoire. Celui-ci consistait à reproduire sur un écran une simple figure formée de deux carrés rouges et d'un bleu. Pour cela, les singes étaient placés pendant deux minutes devant la forme initiale. Puis le carré bleu apparaissait à un endroit différent que sa place initiale. L'animal devait alors toucher du doigt sur l'écran, l'endroit où il pensait que les deux carrés rouges devaient aller. Les singes se sont alors révélés être tout à fait capables de redessiner la forme initiale.
"La capacité des singes à se souvenir de ces formes avec souplesse suggère qu'ils sont peut-être capables de se remémorer d'autres types d'informations qui leur seraient utiles dans la nature [...], l'apparence de singes qu'ils connaissent, ce à quoi ressemble leur nourriture préférée ou le chemin qu'ils doivent emprunter pour arriver à une source d'eau", a expliqué Benjamin Basile, cité par le Daily Mail. Il semblerait ainsi que la mémoire des humains et celle des singes soient bien plus semblables que ce que l'on pensait au départ.
Par ailleurs, les scientifiques ont observé que les capacités à se souvenir de ces animaux étaient exactement comme chez nous inférieures aux facultés de reconnaissance. Néanmoins, des études antérieures ont montré que ces deux processus appelaient à des types de mémoire différents chez l'Homme.
Cette découverte semble donc indiquer que la capacité de mémoire ne dépendrait pas du langage et aurait pu déjà exister chez notre ancêtre commun il y a plus de 30 millions d'années. Selon les chercheurs, il existerait par ailleurs deux processus bien distincts : le souvenir et la familiarité. Ainsi, Benjamin Basile explique : "La familiarité permettrait peut-être de fournir des réponses rapides à la nourriture et aux prédateurs dans des conditions de 'distraction', alors que le souvenir serait nécessaire pour accéder à des connaissances sur les lieux où trouver de la nourriture, ou sur des interactions sociales passées".

Libé
Mercredi 4 Mai 2011

Lu 142 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs