Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les séparatistes déterminés face au pouvoir en Ukraine

Washington accuse Moscou d'être derrière les troubles




Les séparatistes déterminés face au pouvoir en Ukraine
Les séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine se montraient déterminés mercredi à faire face à l'opération "antiterroriste" relancée par Kiev alors que le ton monte de nouveau entre Moscou et Washington.
 "Les organes de sécurité oeuvrent à la liquidation de toutes les formations qui agissent actuellement à Kramatorsk, Slaviansk et les autres villes des régions de Donetsk et Lougansk", a assuré mercredi le vice-Premier Vitaly Iarema, cité par l'agence Interfax Ukraine.
L'opération avait été suspendue pour Pâques après avoir tourné à la déroute pour les troupes déployées dans la région, certains chars passant sous contrôle pro-russe et d'autres rebroussant chemin après avoir été bloqués par la population.
Après quelques jours d'espoir d'apaisement nés de la signature d'un compromis international à Genève, la confrontation a repris le dessus face à l'emprise de plus en plus ferme des insurgés sur la partie russophone de l'ex-république soviétique.
A Kiev, le vice-président américain Joe Biden a menacé mardi la Russie d'"isolement" si elle continue de "soutenir" les insurgés. 
Après son départ, Washington a annoncé l'envoi de 600 soldats en Pologne et dans les pays baltes et fait part de sa "profonde inquiétude" face à l'attitude de Moscou. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a répliqué mercredi en estimant que les Etats-Unis "dirigeaient" les actions de Kiev, qui a relancé l'opération "antiterroriste" juste à l'issue de la visite de M. Biden.
"Les terroristes qui ont pris en otage toute la région de Donetsk ont franchi la ligne rouge en torturant des patriotes de l'Ukraine", a déclaré mardi soir le président par intérim Olexandre Tourtchinov. "Ces crimes sont commis avec le soutien total de la Russie", a-t-il affirmé.
"Selon les données de l'enquête, des membres du groupe séparatiste qui ont pris le contrôle des locaux du Service de sécurité de Slaviansk ont participé à la torture et au meurtre", a écrit le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.
 La situation y était calme mercredi et des hommes masqués, sans arme apparente, montaient la garde devant la mairie cernée de barricades.
Son "maire" autoproclamé Viatcheslav Ponomarev, qui a demandé à Vladimir Poutine d'envoyer des troupes russes pour protéger la population des nationalistes ukrainiens, y a décrété un couvre feu depuis dimanche, après une fusillade meurtrière qui a fait au moins trois morts.
La tension se fait de plus en vive dans la ville et un journaliste se trouvant sur place pour le site américain Vice News, Simon Ostrovsky est retenu depuis mardi par les séparatistes.
Washington accuse Moscou d'être derrière les troubles dans l'Est et a produit des photos prouvant la supposée implication des forces russes sur place, ce que dément la Russie.
 

AFP
Jeudi 24 Avril 2014

Lu 469 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs