Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les séparatistes consternés par la décision de Stockholm


Réunion d’urgence de la nomenklatura polisarienne à la suite de l’annonce faite par la ministre suédoise des AE



Après la stupeur, c’est l’abattement au QG du Polisario. La décision de Stockholm de ne pas  reconnaître la pseudo-Rasd, officiellement annoncée vendredi par la ministre  suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, qui a également réaffirmé le soutien de  son pays au processus de négociations en cours sous l'égide des Nations unies, a fait l’effet d’une douche froide sur l’ensemble de la nomenklatura polisarienne et sur ses séides algériens.
"Les critères requis par le droit international pour reconnaître le Sahara  occidental ne sont pas remplis", avait précisé Mme Wallström dans un communiqué  publié, à l'issue d'un rapport de consultation interne.
"Une reconnaissance ne favoriserait pas ce processus (de négociations)", a  ajouté la chef de la diplomatie du Royaume scandinave, relevant par ailleurs  que "la situation au Sahara diffère par ailleurs de celle des Etats  que la Suède a reconnus par le passé".
L'actuel gouvernement suédois, dirigé par les sociaux-démocrates et les  Verts, "se rallie plutôt à l'évaluation faite par les gouvernements précédents  sur cette question", a insisté Mme Wallström.
Selon une source bien informée dans les camps de Tindouf, la consternation qui a suivi cette annonce a fait place à l’abattement.
Réunis en urgence, Mohamed Abdelaziz et ses lieutenants ne savent pas comment déchiffrer le revirement suédois, ni lui trouver de parade. Pourtant, le gouvernement de Stockholm avait montré de bonnes dispositions à leur égard et à l’endroit de leur mentor algérien et semblait se diriger vers l’irréparable.
Quelques semaines plus tôt, l’Exécutif suédois formé d’une coalition associant les sociaux-démocrates et les verts avait, en effet, évoqué la possibilité d’une reconnaissance de la pseudo-Rasd par Stockholm. Il n’en a rien été. Et c’est visiblement les critères géopolitiques et juridiques justifiant la reconnaissance d’un Etat qu’a invoqués Mme Wallström pour expliquer la décision de son pays qui ont retourné le couteau dans la plaie du Polisario et mis à plat l’un des points cardinaux de la propagande qu’il n’a cessé de distiller au point de faire accroire qu’une fiction comme celle de la pseudo-Rasd pouvait tenir lieu d’Etat souverain.


 

A.E.K
Lundi 18 Janvier 2016

Lu 1492 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs