Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les scénarios de l'après-élection en Tunisie : Le parti Ennahda donné favori par les sondages




Les scénarios de l'après-élection en Tunisie : Le parti Ennahda donné favori par les sondages
Le parti islamiste Ennahda est donné favori du vote de dimanche en Tunisie, mais son score sera déterminant pour la bataille du pouvoir: parviendra-t-il à dégager une majorité au sein de l'assemblée pour contrer un front de  "modernistes"  et former un gouvernement? Crédité de 20 à 30% des suffrages dans les derniers sondages autorisés (fin septembre), Ennahda pourra compter sur le renfort de quelques listes d'indépendants et de petits partis alliés, déterminés à entrer dans le gouvernement "de large coalition" que promet le parti de Rached Ghannouchi. Le coup de tonnerre serait de voir les islamistes rafler la majorité absolue au soir du vote, un scénario que la plupart des analystes jugent peu probable. Ils donnent toutefois Ennahda largement en tête, devant les grandes formations du centre-gauche: Ettakatol (proche du Parti socialiste français) de Mustapha Ben Jaafar, le Parti démocrate progressiste (PDP) d'Ahmed Néjib Chebbi et le Pôle démocrate moderniste (PDM), coalition de cinq formations emmenées par les ex-communistes d'Ettajdid.
Ennahda se distingue des autres formations politiques en prônant un régime parlementaire, seul moyen pour eux d'accéder plus tard à la présidence de la République qu'ils n'ont "aucune chance de gagner aujourd'hui au suffrage universel direct", selon un observateur.
Toutes les autres grandes formations se sont prononcées pour un régime semi-présidentiel avec un Parlement fort, et veulent voir garanties par la Constitution l'égalité des droits et la liberté d'expression donnée par la révolution. La question du droit des minorités religieuses et du statut de la femme seront cruciales dans le débat sur le texte qui servira de fondation au nouveau régime.
Incapables de s'entendre sous Ben Ali quand l'issue du scrutin ne faisait aucun doute, les frères ennemis Chebbi et Ben Jaafar sont toujours à couteaux tirés.
Le PDP, qui a fait du "tout sauf Ennahda" l'axe de sa campagne, a cherché jusqu'au dernier moment à formaliser avant le scrutin un accord avec le camp progressiste, invitant à la table des négociations PDM, Parti du travail tunisien (PTT, lancé par un syndicaliste), Afek Tounes (libéraux) et Ettakatol.
"Ben Jaafar nous a fait faux bond à chaque fois", dit-on au PDP.
Le PDM a clairement fait savoir qu'il était opposé à une alliance avant le vote, mais s'est affiché en vigie des droits fondamentaux, autant face aux islamistes qu'aux héritiers de l'ancien parti-Etat du RCD. Le PDP d'Ahmed Néjib Chebbi espère en tout cas empêcher Ennahda de gouverner en dégageant une majorité par un jeu d'alliance au sein de la future assemblée.
De son côté, Mustapha Ben Jaafar s'est toujours dit opposé à un accord avant le scrutin et est favorable à un "gouvernement d'union nationale”. Il rejette toute idée d'"alliance avec Ennahda" , qu'il veut combattre sur le terrain politique, mais jugerait  "dangereux"  d'exclure du gouvernement un parti auquel les Tunisiens auront probablement accordé en masse leurs suffrages.
L'exemple des années noires traversées par le voisin algérien après l'exclusion des islamistes est dans toutes les mémoires. Mais chacun en tire des conclusions différentes: les uns estiment que la Tunisie ne se relèverait pas d'une plongée dans la violence, inéluctable en cas d'exclusion des islamistes, tandis que les autres jugent la maturité politique suffisante pour voir s'appliquer le jeu démocratique des alliances.
  Enfin, les uns prêtent à Mustapha Ben Jaafar le dessin de se faire élire président de la transition avec les voix des islamistes et redoutent le prix à payer pour ce pacte lors des débats sur la Constitution. Les autres reprochent à Ahmed Néjib Chebbi de viser la présidentielle de l'après constituante et ses relations avec les milieux d'affaires et certains proches de l'ancien parti au pouvoir.

AFP
Samedi 22 Octobre 2011

Lu 880 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs