Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées




Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées
La Russie a estimé jeudi que la possibilité d'une levée des sanctions internationales contre l'Iran se dessinait grâce aux négociations internationales en cours sur le programme nucléaire de Téhéran, et elle a appelé l'ensemble des pays impliqués dans ce processus à faire preuve de bonne volonté pour conclure un accord.
 Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, doit être reçu aujourd’hui par son homologue russe Sergueï Lavrov à Moscou pour évoquer les négociations avec les grandes puissances sur l'épineuse question du programme nucléaire.
L'Occident soupçonne fortement Téhéran de chercher à se doter secrètement de l'arme atomique, alors que les Iraniens assurent que leur programme nucléaire est purement civil, destiné à la production d'électricité.
 "Malgré les difficultés rencontrées au fil du processus de négociations, la possibilité se dessine de satisfaire complètement les droits de l'Iran en tant que pays membre du Traité de non prolifération nucléaire, dont le droit d'enrichir de l'uranium, et de lever le régime des sanctions", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.
 "Nous espérons que toutes les parties prenantes des négociations feront montre d'une volonté politique pour parvenir à un accord mutellement acceptable, qui permette de rétablir pleinement la confiance de la communauté internationale dans le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien", a ajouté le ministère.
 Les six grandes puissances - les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu plus l'Allemagne - et l'Iran n'ont pas réussi à trouver un accord définitif avant la date butoir du 20 juillet qu'ils s'étaient fixée. Ils sont convenus de proroger de quatre mois la durée des négociations et le ministère russe des Affaires étrangères a redit jeudi son espoir de conclusion d'un accord au plus tard en novembre.
Par ailleurs, un nouveau type de centrifugeuse a été testé en Iran dans le cadre d'essais "mécaniques", a annoncé Ali Akbar Salehi, directeur de l'agence nationale de l'énergie atomique, cité mercredi par l'agence de presse Fars.
 La mise au point de ces nouveaux équipements, susceptibles d'accélérer le programme iranien d'enrichissement d'uranium, est suivie de près par les puissances occidentales, qui soupçonnent Téhéran de chercher à se doter de l'arme atomique.
 "La conception et la fabrication de nouvelles centrifugeuses sont notre droit", a souligné Ali Akbar Salehi, évoquant les essais de cette centrifugeuse de dernière génération, baptisée IR-8. Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique, quatre autres modèles nommés IR-2m, IR-4, IR-6 et IR-6s sont en cours de développement sur le site iranien de Natanz.
 "Selon les termes de l'accord de Genève, la recherche et le développement n'ont pas de limites", a ajouté Ali Akbar Salehi.
 

REUTERS
Vendredi 29 Août 2014

Lu 105 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs