Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les sacs en plastique ont la peau dure

S’acheminerait-on vers l’éradication ?




Les sacs en plastique ont la peau dure
Une symbolique environnementale. C’est ce que revêt la présentation du plus grand sac écologique du monde à Casablanca. Une réalisation fort louable appelée à être inscrite dans le livre Guiness. Mais est-ce suffisant pour voir se profiler la fin d’un fléau appelé « sacs en plastique » ? Ni la loi promulguée en la matière ni encore moins les multiples campagnes n’ont réussi à y mettre fin.
La loi 22-10 publiée en juillet 2010 relative au plastique non dégradable, est pourtant bien claire.  Selon ce texte juridique, sont interdites «la fabrication pour le marché local des sacs et sachets en plastique non dégradable ou non biodégradable, leur importation, leur détention en vue de la vente, leur mise en vente, leur vente ou distribution à titre gratuit.» Cette loi stipule également que quiconque fabrique pour le marché local des sacs et sachets en plastique ne respectant pas les prescriptions prévues par la réglementation est passible d’une amende importante qui peut s’élever jusqu’à 1.000.000 DH. Une loi dont les termes  très contraignants sont loin d’être dissuasifs. Preuve en est que quatre ans après sa promulgation, cette loi demeure lettre morte et  le marché des sacs en plastique est toujours prospère. En effet, des unités clandestines qui sont connues et bien localisées continuent d’arroser le marché avec des sacs non dégradables noirs voire de toutes les couleurs. Il y va de la santé des citoyens. Et pour cause, l’impact sanitaire des sacs plastiques noirs non alimentaires présente un grand risque pour la santé, notamment lorsqu’ils sont mis en contact avec les produits alimentaires.
De plus  certains sacs plastiques non alimentaires contiennent des éléments chimiques qui peuvent s’infiltrer dans les produits alimentaires, notamment les aliments gras et huileux entraînant ainsi de graves maladies telles que le cancer.
Par ailleurs, il faut indiquer que la lutte contre le fléau des sacs en plastique a été jusqu’ici un vœu qui peine à dépasser le stade des discours. C’est le cas de Fouad Douiri, ancien ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement qui avait affirmé que trois millions de sacs en toile seraient distribués aux ménages par des associations environnementales locales. Une idée qui devait être mise en application à partir du  Ramadan dernier. Mais apparemment, l’initiative a traîné des pieds et a été reprise par la nouvelle équipe. En effet, la ministre de l'Artisanat et de l'Economie sociale et solidaire, Fatima Marouane, a précisé  qu'un programme pilote pour les sacs alternatifs a été lancé pour le financement de la fabrication de 3 millions de sacs écosystèmes par le biais de 139 coopératives dont 0,90% sont des coopératives féminines. Selon elle, ces coopératives féminines ont pu ainsi développer leur production et accroitre leurs recettes, tout en s'impliquant dans la protection de l'environnement. A noter  que ces sacs ont été distribués par 73 associations œuvrant dans la sensibilisation et la préservation de l'environnement dans 26 villes.
Croisons les doigts pour que le programme continue sur sa lancée jusqu’à ce que le sac en plastique devienne une curiosité. 

Nezha Mounir
Mercredi 26 Mars 2014

Lu 1139 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs