Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les rythmes africains sublimés par Oum à Constantine




La chanteuse marocaine Oum a offert au public constantinois, samedi dernier lors de la seconde soirée du 13ème «Dimajazz», un hymne à l’Afrique et à sa diversité rythmique. Accompagnée de quatre musiciens, la chanteuse, arborant un beau caftan de couleur mettant en valeur sa beauté, a charmé l’assistance aussi bien par sa voix sublime que par la sensualité de ses chansons. Dans un déluge de sonorités africaines et de jazz, Oum a interprété, puisant dans son dernier album “Zarabi”, une chanson intitulée “Hna” (ici), une composition du luthiste Yasser Ramzi, membre de sa troupe, chaleureusement accueillie.
L’artiste a enchaîné avec “Wali” aux sons des percussions africaines, et déchaîné le public de la salle Ahmed-Bey en lui transmettant une bonne dose d’ondes positives auxquelles il a  répondu par des applaudissements.
A l’aise sur scène, Oum qui souhaite que le festival Dimajazz lui “ouvre les portes” pour se produire dans d’autres villes d’Algérie, a entonné encore deux autres tubes de son album précédent “Soul of Morocco”, dans un tempo intense et enivrant, enveloppé dans des sonorités africaines, soul et jazz raffinées.
Après le spectacle, Oum, de son vrai nom Oum El Gheit, émue par l’accueil du public, a défini sa musique comme une “musique marocaine, maghrébine et contemporaine, sans limite de genre”.

Avide de sons africains dans toutes leur diversité, la chanteuse qui a rappelé que la musique des peuples africains a été influencée par différents courants, a souligné que cette richesse des sonorités “doit être perpétuée et transmise”. Elle a, par ailleurs, précisé que la composition de sa troupe où l’on trouve des musiciens venus de divers horizons, du Maroc, de Cuba et d’Autriche, “traduit l’ouverture et l’échange qui enrichissent la musique”.

Oum qui se revendique de l’Afrique jusque dans sa façon de s’habiller affirme qu’il “existe un peu d’Afrique dans tous les continents”. Elle a précisé que son dernier album “Zarabi” n’a pas été enregistré en studio, mais en plein air, au Sud du Maroc, pour “mieux transmettre les sons africains”.
Dans un menu métissé et richement coloré, la 13ème édition du Festival international Dimajazz se poursuivra jusqu’au 3 décembre courant. Alpha Blondy, China Moses, The Billy Cobham quintet, l’artiste palestinien Tamer Abu Ghazaleh, le groupe colombien Cumbia Ya et l’ensemble britannique Incognito sont à l’affiche de cette manifestation placée, cette année, sous le signe de “Constantine, capitale 2015 de la culture arabe”.
 

Mercredi 2 Décembre 2015

Lu 984 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs