Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les rues et boulevards sous l’emprise des marchands ambulants




Les rues et boulevards sous l’emprise des marchands ambulants
C’est devenu aujourd’hui un spectacle banal que de voir nos rues et boulevards envahis par des marchands ambulants dans un encombrement impressionnant. Tous les métiers et activités sont offerts sur les trottoirs et débordant des fois sur la chaussée gênant ainsi la circulation. C’est la criée permanente, chacun des vendeurs usant haut et fort de sa voix et recourant même aux mégaphones pour vanter les « qualités » et la modicité des prix de sa marchandise. C’est un brouhaha assourdissant mêlé aux coups d’avertisseurs des automobilistes qui cherchent à se frayer un passage au milieu de la chaussée encombrée.
 Les clients sont souvent des curieux qui forment les attroupements…
Entre les marchands de friperie, de bric-à-brac, de produits chinois en tous genres, ceux des fruits de saison, des poissonniers proposant des fruits de mer qui ont perdu de leur fraîcheur, les gargotiers ambulants dont la nourriture proposée dégage des relents irrespirables…., c’est vraiment la foire d’empoigne !
Il est vrai que les forces de l’ordre, souvent des agents des Forces auxiliaires font des  descentes donnant la chasse à tout ce beau monde. On assiste à des courses-poursuites, mais sans grand résultat ! Il suffit que les représentants de l’ordre disparaissent pour que la situation redevienne comment auparavant. Les uns et les autres semblent habitués à ce jeu du chat et de la souris. Pendant ce temps, les boutiques et les magasins qui ont pignon sur rue ne savent plus à quel saint se vouer. Ils sont en perte de clientèle. C’est le marasme ! Leur commerce est en faillite.
Il n’est pas rare de voir ces commerçants se transformer eux aussi en marchands ambulants délaissant leurs boutiques pour vendre leurs articles à même la rue.
Que faire pour trouver solution à ce grand désordre car c’en est un ? Les autorités semblent être dépassées par cette pagaille, il faut oser le mot !  Il est vrai que des tentatives pour réglementer ce commerce ont été tentées çà et là, mais sans succès. Les marchés-pilotes créés pour abriter les vendeurs ambulants ont tout simplement été ignorés par ces derniers, préférant le grand air !
En plus des désagréments qu’ils créent en occupant illégalement les espaces publics, les marchands ambulants, par leur pratique, échappent ainsi à l’imposition. C’est dire le manque à gagner pour l’Etat.
Le commerce informel est un dommage important pour l’assiette fiscale du pays. 

Youssef BENZAHRA
Jeudi 26 Mai 2011

Lu 681 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs