Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les rois de la petite reine misent sur le vélo électrique aux Pays-Bas




Sur les bancs de montage, la présence accrue de batteries et moteurs témoigne d'une révolution en cours : trois vélos sur dix assemblés par Gazelle, l'un des principaux fabricants du secteur aux Pays-Bas, sont désormais électriques.
Les ventes de bicyclettes électriques explosent dans plusieurs pays d'Europe, principalement aux Pays-Bas et en Allemagne, et dopent le marché européen du vélo qui fait face à la concurrence asiatique.
Forts d'une tradition vélocipédique plus que centenaire, les Pays-Bas, avec environ 20 millions de vélos pour 17 millions d'habitants, sont à la pointe du développement en la matière.
"Le vélo électrique a été un énorme coup d'accélérateur pour le marché du vélo", assure à l'AFP Gerard Rijk, analyste financier pour SNS Securities.
Environ 1,14 million de vélos électriques ont été vendus dans l'Union européenne en 2014, contre 907.000 en 2013, 854.000 en 2012 et 98.000 en 2006, selon des chiffres publiés par la Confédération de l'industrie européenne du vélo (CONEBI).
Aux Pays-Bas, 21% des bicyclettes vendues en 2014 étaient électriques, plus que dans n'importe quel pays d'Europe. Les chiffres pour 2015 ne sont pas encore connus, mais Gazelle affirme qu'en fin d'année, la proportion de vélos électriques qu'elle a produits était même de près d'un tiers.
Royal Dutch Gazelle, son nom complet, a récemment investi 10 millions d'euros dans la rénovation de son usine située à Dieren, non loin de la frontière allemande, qui produit environ 275.000 vélos par an. La société est détenue par le groupe néerlandais PON Holdings, également propriétaire des marques Cervélo et Santa Cruz.
"Aux Pays-Bas, le marché du vélo classique est stable, voire en déclin, alors que celui du vélo électrique continue de croître", se réjouit Ferdi Ertekin, porte-parole de Gazelle, en soulignant que la marque a vu ses ventes d'engins électriques croître de 10% par an ces dernières années.
Même son de cloche du côté d'Accell, autre géant néerlandais du secteur, qui détient Batavus, Koga et Sparta: ses ventes de vélos électriques ont bondi de 20% au premier semestre 2015, contre seulement 4% de progression pour les vélos traditionnels.
Parmi les heureux, figure l'Association des cyclistes néerlandais: "Nous voyons monter sur un vélo électrique des gens qui ne faisaient pas ou peu de vélo avant", se réjouit son porte-parole, Martijn van Es.
Il cite en exemple ceux qui se rendent désormais ainsi à leur travail plutôt qu'en voiture ou en transport en commun, soulignant que "le vélo électrique réduit les distances". Ou encore les personnes âgées: "Dans le passé, si elles avaient moins de souffle ou si l'effort physique était trop important, leur vélo était directement remisé au garage et n'en sortait plus".
Mais la petite reine électrique n'est pas destinée qu'aux marchés traditionnels du vélo que sont les Pays-Bas, l'Allemagne ou encore le Danemark: elle ouvre le champ du possible dans des pays plus vallonnés comme l'Italie, la France ou l'Autriche, souligne l'analyste Gerard Rijk.
Fait surprenant, dit-il, un marché s'est créé pour les vélos électriques "de sport". "C'est assez inattendu, on pourrait penser que des sportifs n'ont pas spécialement envie de s'asseoir sur un magnifique +mountain bike+ pour bénéficier d'une aide électrique", relève-t-il. Mais de fait, le vélo électrique permet aux moins sportifs de franchir certains obstacles... Ne cherchez toutefois pas trop les vélos électriques dans les grandes villes, où leur utilité est limitée par la densité des obstacles, dont les feux rouges, relève M. Van Es. "Quand on doit s'arrêter à 15 feux rouges sur son trajet, le vélo électrique n'apporte pas grand-chose: on ne peut pas vraiment prendre de la vitesse".
L'inconvénient du vélo électrique ? Son prix. Dans le catalogue Gazelle, comptez en moyenne 2.000 euros, contre 600 euros pour les vélos traditionnels, selon M. Ertekin.
"Dans les grandes villes, les gens voient le vélo comme quelque chose d'utile qui doit coûter le moins possible, et non comme un produit de luxe", relève pour sa part M. Van Es.
En 2015, les vols de vélos électriques ont grimpé de 20%, principalement dans les villes, rapportait récemment la presse néerlandaise en citant les chiffres de deux grands assureurs de vélos.

Mardi 19 Janvier 2016

Lu 984 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs