Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les retraités de l’OCP, seront-ils entendus un jour ?




Les retraités de l’OCP, seront-ils entendus un jour ?
Depuis quelques années, plusieurs dizaines de personnes se donnent rendez-vous devant l’entrée de la direction régionale de l’OCP voisine de la wilaya de la Sûreté de Laâyoune.
Pacifiques, ces manifestants d’un certain âge entonnent des chants nationalistes tout en revendiquant des droits dont ils sont spoliés. Tous, ou en majorité, sont d’anciens agents de Fosboucraâ, sous tutelle espagnole. Le mobilier ou le matériel d’exploitation du gisement, ils ont été réceptionnés par leur nouvel employeur, l’OCP qui s’est engagé à respecter tous  les accords conclus avec l’ancien employeur espagnol.
Or, parmi ces accords, figurent ceux se rapportant aux anciens phosphatiers, pour l’emploi de leurs enfants, leurs droits à la retraite et leurs indemnités.
Avec l’avènement du CORCAS- Conseil Royal Consultatif pour les affaires du Sahara-, la direction de cette institution avait joué l’intermédiaire et annoncé que la situation des anciens de Fosboucraâ  allait être régularisée dans les mois, voire dans les semaines à venir. C’était, il y a trois ans. Or, à ce jour, le piquet hebdomadaire auquel les habitants du quartier Souk Jaj se sont habitués n’a changé ni de lieu, ni d’horaire. Tous les jeudis, entre 10 heures 30 et 11 heures, des dizaines de vieillards avec tambours et sifflets se rassemblent devant la direction de l’OCP, bloquant la circulation. Mohamed Salem, un septuagénaire nous dit : « J’ai tout fait pour le gisement de Boucraâ, aussi bien du temps des Espagnols qu’avec la direction de l’OCP.
Les Espagnols devaient me verser une importante indemnité que l’OCP s’est engagé à me régler à leur place. Mais voilà qu’on me propose la somme de 350.000 dh et sans aucun emploi pour mes  huit enfants. Que puis-je faire de ce montant ? L’éducation des enfants, le logement ou vivre avec  mon épouse.
Mohamed Salem n’est pas la seule victime de cette situation. Ils sont des dizaines voire des centaines à croire qu’ils sont laissés pour compte et spoliés de leurs droits par l’OCP. Les banderoles  qu’ils portent en disent long sur ce que ces gens pensent de leur ancien employeur et nouveau preneur.

A.E.K.
Jeudi 8 Octobre 2009

Lu 668 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs