Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les résultats du Bac seront affichés dans une semaine : Examens : la longue course d’obstacles




Les résultats du Bac seront affichés dans une semaine : Examens : la longue course d’obstacles
Samedi 4 juillet.  8 heures. La salle d'examen comptait une vingtaine de candidats. Un candidat à cette deuxième session raconte : « Nous devions faire valoir nos connaissances acquises pour décrocher le précieux sésame  afin d’accéder  aux études supérieures. Huit heures, début du calvaire, les tables étaient numérotées ; nous rentrions munis de nos cartes d'identité nationale. Un silence religieux régnait dans la salle ; les regards soupçonneux des surveillants. J'avais les pieds qui tremblaient, jusqu'à la distribution  des épreuves de la physique-chimie  et des feuilles de brouillon, de façon à ce que chacun  reçoive une couleur différente de celle du voisin. Plusieurs élèves ont dû quitter la salle, une heure après l'épreuve. On a éprouvé plus de difficultés à répondre aux sujets de cette matière, qu'en première session. La classe était tellement surveillée, qu'on n'entendait même pas une mouche voler. Un surveillant devant la porte de la salle ayant un angle de vue efficace pour traquer les fraudeurs et un autre  faisait l'aller-retour entre les tables. Leur objectif étant de lutter contre toutes les formes de fraudes ».
Après cette première épreuve, les élèves ont eu une courte période de relâche pour reprendre leur  souffle et réviser la matière suivante qu’est l'anglais. Quatorze heures, ils ont retrouvé leurs copies. Les surveillants ont été remplacés par d'autres. Mais contrairement à la matinée, les questions ne furent pas tellement compliquées à l’exception de celle touchant à l'expression écrite  "writting". Tout le monde a quitté à seize heures. On n'accorde même pas une minute de plus pour les retardataires.  Le lendemain matin à 8 heures, ce fut le même rituel. Les uns s'assuraient du bon fonctionnement de leur calculatrice, les autres révisaient  le fameux "Dima, Dima". A la rentrée de nouveaux  surveillants et une nouvelle épreuve : les mathématiques. « J'ai préparé pendant toute l'année mon examen et je n'ai pas pu réussir l'épreuve des mathématiques", affirme M. S., une fonction sur six points a été difficile et plusieurs élèves ont été surpris avec des téléphones portables. La triche est un art pour certains, c'est aussi le chemin le plus simple et le plus court pour  qu'un paresseux atteigne son objectif. "Pourquoi gaspillerais-je mon temps à apprendre quand je peux réussir à moindre effort, d'autant plus le programme est trop chargé? ", déclare Mehdi à l'un des surveillants. A 11 heures, fin de l'épreuve des mathématiques, tout le monde était obligé de quitter la classe même sans avoir terminé. « A onze heures, je me suis rendu à une téléboutique et j'ai remarqué que l'employé du kiosque était tellement débordé avec les élèves qui photocopiaient leurs leçons compressées dans des bouts de papier qu’ils tenaient dans le creux de la main,  oubliant de me rendre ma monnaie », confie un candidat. La philosophie a débuté à 14h, c'était une épreuve facile à la portée de tous les candidats. Malgré cela, elle a connu plusieurs cas de fraudes, deux cas ont été interceptés par un surveillant au teint brun et à la carrure athlétique. La philosophie est la principale matière qui a fait l’objet de fraudes à grande échelle. Certains utilisent la "nakla"; d'autres des téléphones portables et des oreillettes et d'autres  se contentent de copier sur leurs camarades de devant.
Lycée Moulay Abdellah. Stressés et angoissés par les sciences qui décideront de leur sort, les élèves avaient les traits tendus et la parole rare.  « La dernière épreuve était très compliquée et le temps était insuffisant vu la complexité des questions. Il  en fut ainsi au cours de l’année, durant laquelle on ne termine jamais le programme surchargé dans certaines disciplines et dans certains lycées voire dans certaines académies entières. Ceux qui élaborent les programmes et les calendriers ne prennent jamais en compte la durée des vacances, les départs précoces des élèves, les temps réservés aux activités parascolaires comme le festival printanier des établissements ni l’absence de professeurs pour des raisons de maladie ou de grève », ajoute un élève
Après la fin des épreuves, les uns jubilaient  d'avoir bien travaillé, les autres au contraire, se lamentaient d'avoir perdu leur deuxième chance.
Que va-t-il arriver le 15 du mois courant lors de l’affichage des résultats ? Seront-ils aussi décevants que ceux de la première session ? Selon des sources concordantes, ils devraient se situer en deçà de ceux enregistrés dans les pays limitrophes du Maroc.

Anas Warrak (stagiaire)
Mercredi 8 Juillet 2009

Lu 843 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs