Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les ressources humaines, talon d’Achille de l’ONSSA




Le directeur
régional de l’office
à Casablanca-Settat, reconnait
à demi-mot que la baisse des effectifs est due au fait que le gouvernement
recrute de moins
en moins



«Le système national de sécurité sanitaire des produits alimentaires » était au centre du dernier rendez-vous « Belgian business lunch » (BBL), organisé par la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise au Maroc (CCBLM) et animé par Abdellah Assouel, directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA- Casablanca –Settat).
« L’ONSSA est un jalon clef dans l’opérationnalisation du plan Maroc Vert », a d’emblée souligné Abdellah Assouel, indiquant que  cet établissement a été créé dans le but d’améliorer la qualité des produits agricoles, garantir la sécurité sanitaire des produits alimentaires tout au long de la chaine alimentaire.
En plus d’améliorer la compétitivité des produits agricoles et agroalimentaires, l’ONSSA veille à « consolider la confiance du consommateur dans la fiabilité des produits alimentaires, des lieux de production et à l’importation aux lieux de distribution, consommateur et à l’exportation », a-t-il ajouté.
A propos des ressources humaines mises à disposition de l’office pour réaliser ses missions, Abdellah Assouel a indiqué que celui-ci dispose de 1921 agents dont 282 ingénieurs et 307 médecins vétérinaires. Un effectif qui paraît, à première vue, dérisoire au regard de l’étendue du pays et de l’ampleur des missions à accomplir, a fait observer un invité du BBL.
Le responsable de l’ONSSA a reconnu à demi-mot que le gouvernement recrute de moins en moins. « Cet effectif baisse parce que  cela fait un certain temps que le ministère de l’Agriculture n’a pas recruté. Nous étions 2000 en 2014 (contre 1921 aujourd’hui), c’est dire que c’est un effectif qui diminue. Par ailleurs, notre effectif arrive en retraite et il faut le remplacer», a-t-il dit, assurant sans aller plus loin que « cette situation était prévisible dès la création de l’ONSSA ».
Quoi qu’il en soit, « l’ONSSA couvre quasiment tout le territoire national et nous avons des représentants dans toutes les villes », a-t-il assuré.
En plus, « une loi qui permet de déléguer certaines tâches pour répondre à ce problème d’effectif. Par ailleurs, nous avons agréé et reconnu un certain nombre de laboratoires, formé des indicateurs et nous nous faisons aidés par certains organismes professionnels », a-t-il expliqué.
Sur le budget consacré à cet établissement, Abdellah Assouel n’en dira pas plus que d’assurer qu’« il a connu une évolution de 40% depuis sa création » et que « l’Etat marocain se rend compte de plus en plus des missions de l’ONSSA ».
Réagissant au reproche fait à l’ONSSA en matière de communication,  ce dernier a confié que « nous avons commencé à communiquer nos bilans de manière périodique pour répondre à cette remarque qui dit qu’on ne communique que durant le Ramadan ».
A propos justement du renforcement de la communication durant le mois sacré, Abdellah Assouel s’est expliqué en ces termes :  « Nous communiquons plus parce que nous considérons que les Marocains consomment beaucoup à cette période et que des personnes ayant de mauvaises intentions attendent ce mois pour écouler leurs produits ».
Notons que pour accompagner l’action de l’ONSS, une loi a été élaborée : la loi N° 28-07 (Bo N°5714  du 5 mars 2009). Inspirée du règlement CE 178/2002 « food low »,  cette loi a pour objectif d’établir les principes généraux de sécurité sanitaire des produits alimentaires et les aliments pour animaux doivent être élaborés, produits et commercialisés pour être qualifiés de produits sûrs, de prévoir aussi les inscriptions générales visant à ne permettre la mise sur le marché que des produits sûrs.
Autre volet, indiquer les règles obligatoire d’information des consommateurs, via l’étiquetage des produits alimentaires, des aliments pour animaux et la détermination des documents d’accompagnement.
Pourquoi les entreprises importatrices de produits impropres à la consommation n’étaient-elles pas dénoncées publiquement. ? A cette question, le responsable de l’ONSSA Casablanca-Settat a rappelé que l’action de l’office est avant tout de prévenir et que « nous travaillons en amont sans faire de bruit pour le bien de l’économie ». C’est-à-dire comprendre que l’exposition de tels cas pourrait ternir l’image du Maroc.
Concernant l’absence de contrôles de certains restaurants collectifs et points de vente, il a rappelé que tout n’est pas du ressort de l’ONSSA. Dans certains cas, le contrôle  sanitaire a été délégué aux arrondissements, a-t-il ajouté. Par ailleurs, « nous contrôlons les établissements qui ont reçu notre autorisation », a-t-il conclu.
Sur le pouvoir répressif de l’ONSSA, Abdellah Assouel a assuré que la loi prévoit des sanctions assez suivies sur le plan pénal, pécuniaire et des peines d’emprisonnement. Mais quoi qu’il en soit, la force de la loi est dans son application et dans le cas d’espèce, la loi 28-07 s’applique bien.
Rappelons que la vocation de la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise au Maroc est de promouvoir, développer, consolider les relations économiques et encourager les échanges commerciaux entre la Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et le Maroc.
Créée en 1925, la CCBLM a pour vocation aussi de représenter et d’assurer les intérêts des entreprises membres, au niveau économique et commercial. En plus d’offrir des services aux entreprises souhaitant développer leurs affaires commerciales avec les trois pays concernés.

Alain Bouithy
Mardi 29 Mars 2016

Lu 1220 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs