Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les requins menacés de disparition




Les requins sont chassés pour leurs ailerons, utilisés dans la gastronomie asiatique et en médecine traditionnelle chinoise. Aujourd’hui ils sont victimes de la surpêche et l’association écologiste Pew Environment Group (Peg) publie un rapport qui tire la sonnette d’alarme. Les requins “sont apparus quelque 100 millions d’années avant les dinosaures et ont réussi à survivre à leur extinction. Mais cette pratique est en train de les détruire, tout cela pour un bol de soupe”, indique à l’AFP le chargé du programme de protection des requins de l’association, Matt Rand. “Si rien n’est fait, plusieurs espèces pourraient disparaître d’ici une dizaine d’années”.
Chaque année, 73 millions de requins disparaissent, mourant dans d’atroces souffrances, une fois relâchés en mer, leur nageoire coupée. “Nous avons commencé à éliminer [les requins] des océans à un rythme jamais vu dans l’histoire de cet animal, longue de 400 millions d’années”, poursuit M. Rand.  Selon le rapport, pas moins de 30 espèces de requins sont directement menacées d’extinction. En effet, les requins sont particulièrement fragiles car, à l’image des dauphins ou des baleines, leur maturité sexuelle n’intervient qu’au bout de dix ans. De plus, ils ne donnent naissance qu’à peu de petits à la fois.
Les mentalités évoluent lentement et l’archipel de Palau, dans le Pacifique, les Maldives, dans l’océan Indien et le Honduras, en Amérique centrale, ont interdit entre 2009 et 2010, la pêche aux requins dans leurs eaux territoriales respectives. Les Bahamas devraient bientôt faire de même, permettant à l’île de devenir “un fleuron de la protection des requins dans l’Atlantique”, se réjouit Matt Rand. L’organisation n’est pas dupe : l’argument financier est primordial. C’est pour cela que le rapport insiste également sur les deux millions de dollars qu’un requin engendre au cours de sa vie.
En effet, le tourisme qui permet une plongée avec les requins génère 80 millions de dollars chaque année rien qu’aux Bahamas. Ce chiffre pourrait croître encore si un sanctuaire est créé comme le préconise Peg. Toutefois, vendus à 700 dollars le kilo, les ailerons de requins restent très rentables pour les pêcheurs. Aux Etats-Unis, l’Etat de Californie a également beaucoup de mal à lutter contre ce commerce et une loi proposant un embargo sur l’importation d’ailerons est à l’étude. Mais la population sino-américaine s’oppose à la mise en place de cette règlementation. “La soupe à l’aileron est un mets délicat servi dans les grandes occasions, notamment religieuses”, explique la députée démocrate de San Francisco, Fiona Ma.
Sciences et Avenir rapporte qu’en Chine, seul le milliardaire et député Ding Liguo a proposé un embargo total  sur les ailerons de requins. Catégorique, il estime que, face à l’opinion publique chinoise, seule la loi peut enrayer le commerce des ailerons et réduire les massacres de requins.

Maxisciences
Mardi 14 Juin 2011

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs