Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les renseignements français recrutent leurs indics au Maroc




Le danger terroriste  se fait de plus en plus menaçant. Pour le contrer, les renseignements français sont en passe de recourir à des méthodes bien adaptées. Le dernier moyen mis en place serait le recrutement d’indicateurs et d’agents marocains pour leur prêter main forte en vue de déjouer les stratagèmes des cellules dormantes, ou en action dans des quartiers populaires habités par une majorité de ressortissants d’origine maghrébine. L’expertise marocaine en la matière n’est plus à démontrer. Les renseignements marocains ont été on ne peut plus efficaces, en fournissant à leurs homologues français des tuyaux d’une extrême importance.
Selon des médias français, la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) recrutera 430 personnes dans les cinq années à venir. Il y a quelques jours seulement, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé, dans ce contexte, le renforcement des services de renseignements. Les profils recherchés sont pointus : "Il nous faut des linguistes pour les écoutes et la surveillance multimédia, des analystes informatiques, des experts en géopolitique, des ingénieurs...", explique une source policière à la presse française, ajoutant qu’on est au coeur du métier, à savoir la recherche de renseignements pour assurer la sécurité du pays.
Les indicateurs recrutés au Maroc seraient mis en service dans les quartiers à forte présence maghrébine notamment marocaine. Ils auront pour mission de recueillir des informations avant de les fournir ensuite à leur hiérarchie. La police française manque  d’informations à cause de la barrière linguistique et de la mentalité  des commanditaires et des exécuteurs. 
Rappelons que les renseignements français ont perdu récemment la trace de certains sympathisants de Daech, sous leur surveillance. Il est fort probable qu’ils aient rejoint la Libye pour aider  leurs «frères d’armes». Des rapports sécuritaires soulignent qu’une liste de ces sympathisants de Daech, installés en Libye, et qui étaient sous surveillance des renseignements français, a été établie, à la faveur d’informations diffusées par des salafistes d’Al Qaïda, organisation rivale de Daech en Libye.
 

Nouri Zyad
Mercredi 27 Avril 2016

Lu 958 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs