Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les religieux libanais de plus en plus impliqués dans le conflit syrien

Des cheikhs salafistes appellent au jihad et émettent une fatwa




Les religieux libanais de plus en plus impliqués dans le conflit syrien
Deux cheikhs salafistes libanais ont appelé au jihad (guerre sainte) en Syrie pour défendre les habitants sunnites dans la région centrale de Homs, affirmant réagir à l'implication du Hezbollah chiite qui combat au côté de l'armée de Bachar al-Assad, selon l'opposition.
L’un deux, Cheikh Assir, a émis une fatwa (décret religieux) "qui impose à tout musulman à l'intérieur et l'extérieur du Liban (...) d'aller en Syrie et de défendre ses habitants et ses mosquées notamment à Qousseir et à Homs".
Cheikh Assir, connu pour ses positions hostiles au Hezbollah, a affirmé que l'appel au jihad a été lancé après que le chef du Hezbollah Hassan "Nasrallah et ses chabbihas ont pris la décision d'entrer dans ces régions pour y massacrer les opprimés".
Selon l'opposition et des ONG, des combattants d'élite du Hezbollah mènent la bataille contre les rebelles dans la zone de Qousseir frontalière du Liban et située dans la province de Homs. Le Hezbollah, puissant parti armé, et son parrain l'Iran sont tous deux des alliés indéfectibles du régime syrien, dirigé par le clan alaouite (branche du chiisme) de Bachar al-Assad alors que la majorité de la population syrienne est sunnite.
Ce dignitaire, inconnu avant la révolte en Syrie, s'est fait connaître par ses critiques virulentes du régime de Bachar al-Assad et son allié le Hezbollah.
Dans le nord, un autre cheikh sunnite, Salem al-Rafii, a également appelé au jihad en Syrie.
"De même que le Hezbollah envoie des combattants défendre des régions chiites (...), nous aussi allons envoyer des hommes et de l'argent à nos frères sunnites à Qousseir", a-t-il dit.
Le Liban prône officiellement une politique de neutralité du conflit chez son grand voisin mais celle-ci a été mise à mal en raison de la division du pays entre partisans et adversaires du régime de Damas.

AFP
Mercredi 24 Avril 2013

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs