Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les regrets de Lio




Les regrets de Lio
Au début du mois, c’est une Lio très émue qui se confiait sur sa vie de famille complexe sur le plateau d’Un soir à la tour Eiffel. La chanteuse, mère de six enfants, avouait qu’elle avait beaucoup de mal à gérer sa vie de famille : «Moi, je suis en psycha­na­lyse lourde trois heures par semaine et toutes les semaines pour essayer d'accom­pa­gner mes enfants», avait-elle confié, regrettant de ne pas avoir assez accordé de temps et d’attention à ces derniers, en privilégiant sa liberté : « On a des droits et des droits et encore des droits, et nos devoirs?, a-t-elle lancé. J’ai agité mes droits, mes droits, mes droits! Et mes enfants, je les vois mal. Mes enfants sont mal. » Une sortie qui avait fait grand bruit lors de sa diffusion sur France 2, et sur laquelle elle revient dans une interview pour Gala.
Avec du recul, Lio l’admet, ce n’était pas le bon moment pour révéler tout ça. «Peut-être fallait-il aller au fond des choses, et l’émission d’Alessandra Sublet est rapide et légère, ce n’était pas l’endroit, reconnaît-elle. Ce que je voulais faire, c’était partager mon expérience de mère, partager une expérience. Moi j’étais partie dans la vie avec mes droits en ligne de mire : j’ai le droit de tomber amoureuse, de faire des enfants avec qui je veux, de me séparer vingt fois, de vivre plusieurs amours, de vivre plusieurs vies, d’être plusieurs femmes. Et j’ai tellement porté ça en avant que mes enfants, derrière, je ne les ai pas regardés. Et leur souffrance m’a forcée à les regarder. »
Pourtant, longtemps, Lio a fermé les yeux sur les peines de ses enfants : « J’ai fait l’erreur de ne pas me poser de questions. Je pensais que ce serait facile pour les enfants, à partir du moment où on était justement dans le dialogue et dans l’amour, d’assumer les frères, les sœurs et les papas différents. Il s’avère que non. Ça ne suffit pas, reconnaît-elle aujourd’hui. […] Moi, je suis une enfant de Mai 68, d’une génération pour laquelle les règles justement étaient mal vues. Celle du “Il faut interdire d’interdire”. Or il faut des interdictions, des limites, des frustrations pour se construire. » Ça, la chanteuse a fini par le comprendre, et ce fut comme un électrochoc.

Samedi 3 Janvier 2015

Lu 530 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs