Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les réformes politiques au Maroc passées au crible en Jordanie

Une rencontre organisée par l'Institut Bayt Al Hikma des sciences politiques




Les réformes politiques au Maroc passées au crible en Jordanie
L'Université Al-Bayt a abrité, dimanche à Al-Mafrik, une rencontre organisée sous le thème «Les réformes politiques au Maroc».
Intervenant à cette occasion, l'ambassadeur du Maroc à Amman, Hassan Abdelkhalek, a indiqué que le processus de réformes au Royaume est riche et s'oriente avec certitude vers la consolidation de l'édifice démocratique, soulignant que la Monarchie a toujours joué un rôle précurseur et fondamental dans ce processus.  Et d'ajouter, lors de cette rencontre organisée par l'Institut Bayt Al Hikma des sciences politiques en coopération avec l'ambassade du Maroc en Jordanie, que le processus de réformes lancé au Maroc avait débuté par la Constitution de 1962, qui jeta les bases du multipartisme, et s'est poursuivi notamment avec les réformes constitutionnelles des années 1970, 1972, 1992, 1996 et la nouvelle Constitution de 2011, qui constitue une avancée qualitative dans ce processus de réformes.
Depuis l'accession de S.M le Roi Mohammed VI au Trône de Ses glorieux ancêtres, le Maroc enregistre une dynamique des réformes aux niveaux politique, social, économique et culturel, érigeant l'expérience marocaine en un exemple distingué saluée au niveau international, a souligné M. Abdelkhalek. Et de conclure que les réformes au Maroc ont pris en considération les revendications populaires et répondu aux attentes de la classe politique, ce qui a permis au Royaume de réaliser les meilleurs résultats après avoir choisi le moment opportun d'engager le processus de développement et de réformes.
De son côté, l'ex-ministre jordanien de l'Information, Nabil Sharif, a relevé que les processus de modernisation, de développement et de réformes au Maroc et en Jordanie ont de nombreux points communs, notant à cet égard que les réformes ont été marquées par leur caractère pacifique à travers la réponse positive des autorités jordaniennes et marocaines aux attentes de leurs peuples. Et M. Sharif, qui avait été ambassadeur de son pays au Maroc de 2004 à 2007, d'ajouter que le processus des réformes a été mené de manière graduelle et au cas par cas, faisant observer que lesdits processus avaient été engagés bien avant le Printemps arabe.
Pour sa part, Mohamed Mekdad, professeur de sciences politiques à l'Université Al-Bayt, a qualifié l'expérience marocaine d'«exemplaire», saluant la sagesse de S.M le Roi Mohammed VI, initiateur de réformes sans précédent visant à consacrer l'Etat de droit et des institutions.
Cette rencontre a été marquée par un débat entre les intervenants et l'assistance composée dans sa majorité d'étudiants.
 

MAP
Mercredi 30 Avril 2014

Lu 3556 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs