Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les réformes au menu de la FIFA

Le cas Platini en filigrane




Une présentation des réformes censées redonner de la crédibilité à la Fifa figure au menu du comité exécutif réuni mercredi et jeudi à Zurich, sur lequel planera l'ombre de Michel Platini, toujours candidat à la présidence mais dont le sort est de plus en plus incertain.
A moins de trois mois du congrès extraordinaire du 26 février, lors duquel doit être élu le successeur de Joseph Blatter, suspendu tout comme Platini, cette réunion du gouvernement du foot mondial revêt une importance capitale pour l'avenir d'une fédération en pleine crise.
L'avocat François Carrard y présentera les réformes suggérées par la commission qu'il préside et qui seront soumises au vote des 209 fédérations composant la Fifa au congrès de février.
Mais avant cela, le Comité exécutif, sous la présidence du président par intérim Issa Hayatou, a encore le pouvoir de les amender.
"Si le Comité exécutif adopte ces propositions très vite, cela signifie que leur contenu est insuffisant et ne réformera pas grand-chose", a confié à l'AFP un cadre de la Fifa. "Si, en revanche, il y a débat, c'est bon signe". Parmi les réformes qui devraient être proposées figurent la limitation à 12 ans des mandats cumulés du président et à 74 ans l'âge maximum, un contrôle de l'intégrité des membres du comité exécutif, la publication de la rémunération du président et des membres du gouvernement du football mondial ou encore un rééquilibrage du pouvoir du comité exécutif.
Les principaux parraineurs ont, d'ailleurs, adressé mardi une lettre ouverte à la Fifa pour lui demander que son processus de réforme soit supervisé par une entité indépendante. "Nous sommes conscients du travail positif réalisé par la commission des réformes, mais nous croyons que toutes les réformes doivent être supervisées de façon indépendante", ont écrit dans cette lettre ouverte Coca Cola, McDonald's, Visa, AB Inbev et Adidas.
Ce "think tank" est composé de 12 membres nommés par les confédérations et issus pour la plupart du monde du football, dont M. Infantino mais aussi le cheikh Ahmad du Koweït, membre du Comité exécutif.
Même absent car suspendu à titre provisoire pour 90 jours, Michel Platini devrait être largement présent dans les débats durant lesquels un point sera fait sur les préparatifs du congrès du 26 février à Zurich.
Le président de l'UEFA, vice-président de la Fifa, attend désormais le verdict de la commission d'éthique alors que la chambre d'instruction a réclamé à son encontre ni plus ni moins qu'une suspension à vie, en raison d'un paiement controversé de 1,8 million d'euros reçu de Sepp Blatter. Cette décision, encore susceptible d'appel, pourrait cependant sceller définitivement son sort et l'écarter de la course à la présidence pour laquelle cinq candidats resteraient alors en lice: le Prince Ali de Jordanie, le cheikh Salman du Bahreïn, Gianni Infantino, le Français Jérôme Champagne et le Sud-Africain Tokyo Sexwale.

Jeudi 3 Décembre 2015

Lu 356 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs