Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les rebelles syriens en perte de vitesse face à la contre-offensive du régime

La réalité du terrain ne permet plus une conférence internationale de paix, "Genève-2"




Les rebelles syriens en perte de vitesse face à la contre-offensive du régime
Une soixantaine de villageois chiites pro-régime ont été tués mardi dans l'est de la Syrie dont la capitale a été frappée par un double attentat, alors que les revers subis par les rebelles compliquent l'organisation d'une conférence internationale de paix.
Les incidents sont intervenus dans le village à majorité sunnite de Hatlah, dans la province de Deir Ezzor (est).
"Le conflit est à un tournant", a estimé Paris qui, comme Washington, réfléchit aux moyens de renforcer les rebelles, en perte de vitesse notamment après la chute de leur bastion stratégique de Qousseir (centre-ouest) que les forces gouvernementales ont repris la semaine dernière avec l'aide de combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah.
Dans la province d'Alep (nord), les troupes du régime ont lancé des attaques contre des positions rebelles, bombardant selon l'OSDH des secteurs de l'aéroport militaire de Mennegh que les rebelles ont en partie conquis lundi.
Dans la ville même d'Alep, des dizaines de personnes ont manifesté pour demander l'arrestation et le jugement des rebelles, des islamistes radicaux, qui avaient exécuté dimanche par balles un adolescent, selon l'OSDH.
L'exécution de l'adolescent, accusé de blasphème par les hommes armés, avait soulevé un tollé au sein de l'opposition syrienne.  Les derniers succès de l'armée face aux rebelles n'aident guère l'ONU, les Etats-Unis et la Russie dans leur tentative d'organiser une conférence internationale de paix, dite "Genève-2", dont la date n'a d'ailleurs pas encore été fixée. Poutine, dont le pays livre des armes à Damas, a néanmoins affirmé qu'il restait absolument opposé à une intervention étrangère en Syrie.
A Vienne, le ministère de la Défense a annoncé que les premiers casques bleus autrichiens quitteraient le Golan mercredi, après sa décision de retirer son contingent de cette zone contact entre la Syrie et Israël, en raison de l'extension du conflit syrien qui mettait selon elle en danger la sécurité de ses troupes.
La guerre civile a fait quelque 94.000 morts et plus de 1,5 million de réfugiés.

AFP
Jeudi 13 Juin 2013

Lu 194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs