Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les rebelles sud-soudanais nient avoir massacré des civils

L'ONU évoque le décès de centaines de civils




Les rebelles sud-soudanais nient avoir massacré des civils
Les rebelles sud-soudanais menés par l'ancien vice-président Riek Machar ont nié mardi avoir massacré des centaines de civils dans la localité septentrionale de Bentiu, en accusant l'armée gouvernementale et ses alliés qu'ils combattent depuis mi-décembre au Soudan du Sud.
L'ONU a réclamé lundi une enquête sur le massacre de centaines de civils par les troupes rebelles à Bentiu, au nord du Soudan du Sud, et des poursuites contre les responsables de ces "atrocités".
 Selon la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss), les troupes de l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, qui affrontent depuis mi-décembre l'armée gouvernementale, ont massacré des centaines de civils sur des bases ethniques lorsqu'elles ont repris Bentiu, capitale de l'Etat d'Unité, la semaine dernière.
Plus de 200 personnes ont été tuées dans une mosquée et plusieurs autres dans une église, dans des bâtiments évacués de l'ONU et à l'hôpital, selon la Minuss.
La Minuss "condamne fermement ces meurtres ciblés (...) et demande que ces atrocités fassent l'objet d'une enquête approfondie et que les coupables et leurs supérieurs soient sanctionnés", a déclaré le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.
L'ONU, a-t-il ajouté, rappelle aux belligérants "leurs obligations respectives de protéger les civils et leur demande de cesser immédiatement de prendre pour cibles des civils non armés et de respecter l'accord de cessez-le-feu signé en janvier" et resté depuis lettre morte.  Il s'agit d'un des plus importants massacres de civils rapportés depuis le début des combats le 15 décembre. Ceux-ci ont éclaté à Juba au sein de l'armée sud-soudanaise entre troupes fidèles au président sud-soudanais Salva Kiir et celles loyales à M. Machar, avant de s'étendre au reste du pays, et se sont accompagnés de nombreuses atrocités contre les civils.
 Les combats, qui ont déjà fait plusieurs milliers de morts, s'accompagnent régulièrement de massacres à caractère ethnique, car au conflit, né d'une lutte au sein du régime entre MM. Kiir et Machar, se greffent de vieux antagonismes entre peuple dinka et nuer dont sont respectivement issus les deux hommes.
 

AFP
Mercredi 23 Avril 2014

Lu 78 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs