Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les prix ne cessent de monter la preuve par les chiffres

Contrairement aux prétentions des Benkirane et Boulif




Les prix ne cessent de monter  la preuve par les chiffres
Jamais deux sans trois ! Après la hausse des prix du lait, de l’essence, du gasoil et du fuel industriel, la dernière note d’information du HCP vient d’en confirmer plusieurs autres. Son indice des prix à la consommation (IPC) a, en effet, annoncé une hausse de 1% en août 2013 par rapport au mois précédent. Une augmentation qui résulte d’un renchérissement de 2% de l’indice des produits alimentaires et de 0,3% de celui des produits non alimentaires. Cela n’a certainement pas manqué de grever lourdement  la portion congrue qui sert désormais de bourse aux ménages à revenus modestes.
Selon la même source, les hausses des produits alimentaires observées entre juillet et août 2013 concernent principalement les «fruits» (9,2 %), les «légumes» (2,9 %), le «lait, fromage et œufs» (2,8 %) et les «viandes» (2,7 %), précise le HCP, soulignant une baisse de 0,2 % des prix du «café, thé et cacao».
Les hausses les plus importantes de l’IPC ont été enregistrées à Al-Hoceima (4,3 %),  Guelmim (2 %),  Dakhla (1,7 %),  Agadir (1,6 %) et à Tétouan et Meknès (1,4%), ajoute la même source.
La composition du panier de référence de l’IPC qui est un indicateur social et économique couramment utilisé pour mesurer les variations dans le temps et dans l’espace du niveau général des prix des biens et services acquis ou utilisés par les ménages, contient  478  produits   et 1067  variétés représentant la majorité des produits consommés par  la population urbaine et classés en 12 divisions et 41 groupes.
En raison de l’importance de l’alimentation dans les dépenses des Marocains, ceux-ci se sentent non seulement concernés par cet indice, mais aussi fort sensibles aux prix des produits qu’ils consomment.
 Or, ceux-ci ne cessent de prendre de la hauteur, à tel point qu’ils ne permettent plus aux nombreux smicards que compte notre pays de subvenir à leurs besoins essentiels ni aux classes moyennes de prétendre à un quelconque confort.
L’entrée en vigueur de l’indexation partielle des carburants en début de semaine ne manquera certainement pas de donner plus d’allant à cette flambée des prix qui porte atteinte tant au pouvoir d’achat qu’à la consommation restée seule en lice pour tirer la charrette du principal moteur de croissance qu’est la demande intérieure.
Laquelle s’inscrit, jour après jour, et à vue d’œil, dans un trend baissier que les cinq hausses de l’IPC enregistrées depuis le début de l’année en cours n’ont fait qu’accentuer.

Mohammed Taleb
Samedi 21 Septembre 2013

Lu 955 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs