Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les prix immobiliers accentuent leur baisse

Une bonne nouvelle pour les futurs candidats à l’accession à la propriété




Les prix immobiliers  accentuent  leur  baisse
La crise dans laquelle se sont installés plusieurs secteurs économiques au Maroc  ne fait pas que des malheureux ... Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Cet adage se vérifie en cette crise de l’immobilier qui a porté de bonnes nouvelles pour les candidats à l’accession à la propriété. 
Alors qu’ils confirmaient trimestre après l’autre que les prix de l’immobilier résistaient, Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC), viennent d’affirmer, dans leur dernier baromètre conjoint, que ces prix ont accusé une baisse durant le quatrième trimestre de 2013. Une contraction qui est venue confirmer le trend baissier sur lequel les actifs immobiliers se sont inscrits. 
Il s’agit là,  en fait, de la troisième baisse d’affilée après celle du deuxième et troisième trimestres suite à la stagnation des prix au cours du premier trimestre du même exercice. Une tendance qui laisse prédire qu’elle s’accentuera encore plus dans les trimestres à venir, vu que les fondamentaux du secteur ont poursuivi leur dégringolade. 
En effet, selon les mêmes sources, l’indice des prix des actifs immobiliers a enregistré  une baisse de 1,4 % au quatrième trimestre 2013 par rapport à la même période de 2012. Cette baisse est imputable à la diminution de 1,7 % des prix du résidentiel. 
En revanche, les prix du commercial ont affiché une légère hausse de 0,2 %, tandis que ceux du foncier sont restés inchangés, a indiqué la Banque centrale dans une note sur «la tendance globale du marché immobilier au cours du 4ème trimestre 2013». 
Il en résulte que la baisse des prix du résidentiel est due principalement au recul du pouvoir d’achat, de la capacité d’épargne, et de la baisse des intensions d’achat chez les ménages marocains attestés par l’indice de cofinance des ménages du Haut-commissariat au plan. Un autre indicateur de la morosité de l’activité et non des moindres est le repli du volume des transactions qui était de l’ordre de 5,2%, avec des reculs de 1,4 % pour le résidentiel, 14,5 % pour le foncier et de 9,5 % pour le commercial. 
Dans les grandes villes, les baisses les plus fortes ont été enregistrées à Meknès (40,8%), Agadir (22,8%) et Kénitra (17,8%), a relevé BAM, ajoutant que des hausses ont été constatées dans plusieurs villes, notamment à Marrakech et à Oujda, avec des taux respectifs de 12% et 10,8%.
Par catégorie d’actif, les prix de vente des biens résidentiels se sont contractés de 1,7% en rythme annuel, sous l’effet de la baisse de 2,3% des prix des appartements et de 0,8% de ceux des maisons. 
Pour leur part, les prix des villas sont restés au même niveau qu’un an auparavant, a relevé BAM, notant que le nombre de transactions, en dépit de sa hausse trimestrielle, reste en baisse de 1,4%, suite au repli de 22,8% des ventes des maisons. 
Les prix des biens commerciaux, quant à eux, se sont accrus de 0,2%, recouvrant une hausse de ceux des locaux commerciaux de 0,4% et un recul de ceux des bureaux de 1,4%. En parallèle, le nombre de transactions a diminué de 9,5%, suite au repli de 12,9 % de celles portant sur les locaux commerciaux, alors que les ventes de bureaux ont progressé de 1,8%. 
Les prix du foncier ont stagné, tandis que le nombre de ventes a enregistré une baisse de 14,5 %. Les ventes portant sur les appartements ont représenté 64,3 % des ventes contre 22 % pour les terrains urbains, 5,9% pour les locaux commerciaux et 4,8 % pour les maisons.
Reste à dire que plusieurs éléments vont dans le sens d’une accentuation de cette tendance baissière. L’amont  du secteur est lui aussi de plus en plus affecté par  le recul des mises en chantier. Les dernières statistiques du ministère de l’Habitat font écho d’une baisse en volume de 12,9% de la consommation nationale de ciment au terme du mois de janvier par rapport au même mois de l’an dernier. A l’origine de cette contre-performance, le recul des mises en chantier dans l’immobilier et le rythme d’exécution des chantiers d’infrastructures. 

Mohammed Taleb
Jeudi 20 Février 2014

Lu 1695 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs