Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les prix des produits alimentaires reculent au niveau mondial mais pas au Maroc

Le gouvernement Benkirane ne doit pas porter les consommateurs dans son cœur




Les prix des produits alimentaires reculent au niveau mondial mais pas au Maroc
Bonne nouvelle ! Les prix des produits alimentaires ont enregistré une baisse de 6% au niveau mondial. Selon l’indice des prix alimentaires de la Banque mondiale pour le mois d’octobre 2013,  les cours ont diminué de 12 % à leur niveau d’octobre 2012 et de 16 % en deçà de leur record absolu d’août 2012, a indiqué la dernière édition du rapport Food Price Watch.
Toutefois, le même document précise que les prix restent proches de leur plus haut niveau historique. C’est le cas des prix du blé qui restent tendus notamment avec le mauvais temps qui s’est abattu sur l’Argentine, le Brésil, la Russie, le Paraguay et l’Ukraine, lequel pourrait encore tirer les prix vers le haut au cours des prochains mois. « L’instabilité des devises et les aléas climatiques entretiennent des inquiétudes qui nous interdisent de crier victoire sur le front des prix alimentaires. Nous devons rester attentifs car si nos craintes devaient se confirmer, ces progrès pourraient être rapidement gommés »,  a déclaré Ana Revenga, vice-présidente par intérim de la Banque mondiale en charge  du Réseau pour la lutte contre la pauvreté et la gestion économique.
Une situation qui risque de s’amplifier davantage vu la demande grandissante de blé par la Chine et l’affaiblissement du dollar américain ainsi que les inquiétudes grandissantes liées aux événements climatiques récents.  D’après le rapport du Food Price Watch, les augmentations ont subitement pris l’ascenseur  en octobre, dépassant celles des mois d’août et de septembre passées pratiquement inaperçues. « Les stocks mondiaux de blé devraient en partie effacer le recul de l’an dernier, mais les stocks de clôture des grands pays exportateurs restent bas, ce qui explique les tensions sur les exportations. A  l’inverse, les stocks de riz et de maïs continuent d’être solides et devraient le rester jusqu’à la fin de l’année », précise le rapport.
Au niveau des marchés intérieurs, les rédacteurs du rapport indiquent que les écarts des prix demeurent très marqués d’un pays à l’autre, sous l’effet des variations saisonnières auxquelles s’ajoutent d’autres facteurs, en l’occurrence les mauvaises conditions météorologiques, les politiques d’achats publics, l’insuffisance de l’offre au niveau local et les dévaluations des monnaies.                                                                                               
Des perspectives qui pourraient, si elles se confirment, avoir un impact direct sur le Maroc dont l’approvisionnement en blé dépend des marchés internationaux bien que sa production en la matière soit plus conséquente que par le passé. En effet, le pays importe de grandes quantités de céréales. Le cumul des importations a atteint 32,3 millions de quintaux (Mq) à fin décembre 2012, constitués de maïs (13,7 Mq), de blé tendre (13,6 Mq), de blé dur (4,1 Mq) et d’orge (0,9 Mq). Une progression estimée à 24% par rapport au cumul de la campagne précédente.
Des prévisions qui risquent d’apporter l’eau au moulin des boulangers-pâtissiers qui demandent une majoration du prix du pain de 20 à 30 centimes jugée inévitable par eux et pénalisante pour les consommateurs  notamment dans un contexte marqué dernièrement par l’augmentation des prix des carburants et une baisse du pouvoir d’achat.
Le gouvernement Benkirane cédera-t-il devant les exigences des boulangers- pâtissiers au risque de mettre l’ensemble des consommateurs dans le pétrin ?

Hassan Bentaleb
Vendredi 29 Novembre 2013

Lu 1055 fois


1.Posté par Magid le 30/11/2013 03:49
Le Maroc a tout les atouts pour avoir une auto suffisance alimentaire et les techniques modernes de culture de blé peuvent largement ou en tout cas en grande partie compensé le manque de surface pour les cultures céréalières. Maintenant reste à savoir si cet objectif constitue une priorité pour tous les gouvernements succéssifs ou est ce que chacun se repasse la patatate chaude en attendant des émeutes du pain comme le Maroc en a connu dans le passé ou plus récemment l'Egypte.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs