Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les principaux indicateurs sont dans le rouge : La crise du tourisme national se confirme




Les principaux indicateurs sont dans le rouge : La crise du tourisme national se confirme
Le tourisme marocain subit de plein fouet les retombées néfastes de la crise économique et financière mondiale. Tous les indicateurs sont au rouge: recettes, taux d’occupation, nuitées et arrivées en plus des investisseurs des pays du Golfe qui se retirent l’un après l’autre. Les touristes de l’Europe, principal émetteur de touristes au Royaume, se serrent la ceinture et voyagent moins. Les plans anti-crise mis en œuvre par le Maroc n’ont pas pu stopper la baisse mais ont permis, du moins de réduire les dégâts de quelques points en termes d’arrivées et de recettes.
Appelés à la rescousse, les touristes nationaux réfléchissent plus d’une fois avant de louer une chambre d’hôtel. Il faut reconnaître, toutefois, que peu d’établissements hôteliers ont adhéré à la dernière version de l’opération Kounouz Biladi. Les prix pratiqués n’ont rien à voir avec les affiches promotionnelles et les agences de voyages ne sont pas commercialement très agressives.
Il faut, cependant, attendre les vacances scolaires et la saison estivale pour avoir une grande visibilité même si les statistiques actuelles sont très révélatrices.
Aujourd’hui, le constat est on ne peut plus éloquent: le tourisme évolue dans un contexte de morosité.
Les statistiques du ministère du Tourisme indiquent qu’au cours des deux mois de l’année 2009, les recettes voyages ont régressé de 23% par rapport à la même période de l’année dernière. Le volume de ces recettes a atteint 6.032 millions de dirhams contre 7.826 une année auparavant, soit une baisse en volume de 1,8 milliard de dirhams.
Au cours du mois de février, le nombre de nuitées enregistrées dans les établissements d’hébergement touristique classés affiche une baisse de 10%. Cette évolution est à mettre principalement à l’actif des non-résidents (-11% par rapport à février 2008).
Au cours de ce mois, les arrivées aux postes-frontières ont enregistré une progression de 8% (-2% pour les touristes étrangers et +27% pour les MRE).
Au mois de février, toutes les destinations touristiques ont affiché des résultats négatifs en termes de nuitées. Ainsi, à part Fès (+14%) et Meknès (+8%), les autres villes ont enregistré des baisses de leurs nuitées (-18% pour Marrakech ; -1% pour Agadir ; -4% pour Casablanca ; -31% pour Ouarzazate ; -11% pour Tanger et -18% pour Rabat).
L’analyse par marché émetteur montre que la baisse des nuitées de février est due aux résultats négatifs enregistrés par les principaux marchés émetteurs : la France (-9%), le Royaume-Uni (-31%), l’Allemagne (-2%), l’Espagne (-11%), l’Italie (-5%) et la Belgique (-17%).
Les nuitées générées par le marché interne ont connu une légère baisse de -2%.
A fin février, le nombre de nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristiques classés a connu une baisse de 6% par rapport à la même période de l’année dernière (-8% pour les nuitées des non-résidents et +1% pour les nuitées des résidents).
Au cours de cette période, le volume des arrivées aux postes-frontières a progressé de 8% (-1% pour les touristes étrangers et +23% pour les MRE).
La baisse des nuitées, qui résulte surtout des performances négatives des principales villes touristiques : Marrakech (-12%), Casablanca (-4), Rabat (-16%), Tanger (-8%) et Ouarzazate (-23%), a été légèrement amortie par les bonnes performances enregistrées au niveau des autres villes : Agadir (+1), Fès (+11%), Meknès (+2%), Tétouan (+7%) et Essaouira (+8%).
Un zoom sur les marchés émetteurs étrangers montre que les mauvaises performances réalisées au cours de ces deux premiers mois par la France (-6%) et le Royaume-Uni (-26%), sont les causes principales du recul des nuitées, observé à l’échelle nationale. Par ailleurs, les marchés allemand et arabe enregistrent des hausses respectives de 4% et 14%.
Le taux d’occupation moyen des chambres connaît une baisse de 4 points par rapport à fin février 2008 pour se situer à 36% à fin février 2009. Les deux pôles touristiques du Royaume enregistrent des performances contrastées en termes du taux d’occupation : 38% pour Marrakech (-15 points par rapport à fin février 2008) et 51% pour Agadir (+1 point).
Au terme des deux premiers mois de 2009, le nombre de passagers internationaux ayant transité par les aéroports internationaux du Royaume a atteint 1,55 million de personnes, contre 1,57 million à la même période de l’année dernière, soit un léger recul de 1%. Presque la moitié des passagers sont passés par le Hub de l’aéroport Mohammed V. Les aéroports des deux principaux pôles touristiques du Royaume, en l’occurrence Marrakech-Ménara et Agadir-Al Massira, drainent des parts respectives de 25% et 10%.
Ces trois aéroports affichent des résultats contrastés : -5% pour Mohammed V, -6% pour Marrakech-Ménara, alors que l’aéroport d’Agadir Al Massira enregistre une hausse de 4%.

Mohamed Kadimi
Jeudi 9 Avril 2009

Lu 483 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs