Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les pourparlers de paix sur le Yémen reportés

Un officier de l'aéroport d'Aden abattu par des inconnus




Les pourparlers de paix sur le Yémen, qui devaient s'ouvrir jeudi, ne débuteront pas à cette date mais plutôt dans une semaine, voire plus tard, a annoncé mardi à Genève le porte-parole des Nations unies Ahmad Fawzi, lors d'un point de presse.
 "Le 14 était la date évoquée mais je ne crois plus que ce soit envisageable. Je ne pense plus que le 14 soit une date viable. L'émissaire spécial de l'Onu pour le Yémen cherche une date après le 20 janvier", a-t-il dit.
 Une coalition arabe sous conduite saoudienne mène depuis la fin mars au Yémen des frappes aériennes contre les positions des miliciens chiites houthis, alliés à des éléments de l'armée fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh. La coalition arabe cherche à rétablir au pouvoir à Sanaa l'actuel président, Abd-Rabbou Mansour Hadi.
Mardi matin, un officier des services de sécurité de l'aéroport d'Aden, dans le sud du Yémen, a été abattu devant sa maison par des inconnus qui ont réussi à prendre la fuite, ont indiqué des sources de sécurité.
 Le commandant Amin Chaëf a été surpris devant sa maison du quartier Al-Mansourah, dans le centre d'Aden, par des inconnus qui ont ouvert le feu, le tuant sur le coup avant de prendre la fuite, selon ces sources.
Cet attentat est le dernier d'une longue série d'attaques mortelles visant des responsables des différents services de sécurité de la ville où les groupes extrémistes comme Al-Qaïda et le groupe Etat islamique (EI) agissent presque à visage découvert.
 Les autorités relevant du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui ont repris la ville aux rebelles houthis en juillet dernier, peinent à y rétablir la sécurité.
Ce dernier assassinat intervient deux jours après une visite d'inspection du président Hadi à l'aéroport d'Aden qui revêt une importance toute stratégique pour son gouvernement.
 "Nous avons placé la sécurité des principales installations étatiques, dont le port et l'aéroport, entre les mains des forces régulières pour renforcer la sécurité générale de la ville", a déclaré mardi, dans une conférence de presse, le gouverneur de la ville Aidarous Zoubeïdi.
 Ces forces régulières sont composées de membres des forces de sécurité et de "factions de la résistance qui y ont été intégrées en troquant les habits de miliciens pour les uniformes de l'Etat", a-t-il souligné.
De son côté, le chef de la police d'Aden, le général Chalal Ali al-Chaëa, a affirmé que ses services sont déterminés à "sécuriser Aden par étapes" et que la première avait été d'y imposer un couvre-feu de nuit.
 "Les défis ne vont pas nous empêcher d'aller de l'avant pour débarrasser définitivement Aden de tout Houthi (rebelle chiite), de tout partisan de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, de tout membre de Daech (acronyme arabe pour l'EI) et de tout membre d'Al-Qaïda", a-t-il affirmé.
 Le gouverneur et le chef de la police d'Aden ainsi que le gouverneur de Lahj ont échappé à un attentat à la voiture piégée qui a visé leur convoi le 5 janvier à Aden.

Mercredi 13 Janvier 2016

Lu 181 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs