Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les plages du Gabon, cocon pour les œufs de la tortue luth




Après deux heures de marche nocturne sur les plages du parc national de Pongara, la patrouille tombe enfin sur une tortue luth, la plus grande tortue marine au monde, espèce protégée en voie de disparition : l'animal vient de pondre et regagne difficilement la mer.
S'aidant d'une lumière rouge pour ne pas aveugler et perturber la femelle, Joan Ikoun-Ngossa, un des employés de l'association Aventures sans frontières (ASF), monte aussitôt sur le dos de l'animal pour le mesurer: 1m60 de long pour 1m11 de largeur. Certaines peuvent atteindre 2m40. Il pose aussi une bague sur les pattes arrière pour suivre l'évolution de la tortue. La femelle, hébétée, semble pataude sur la terre ferme, mais disparaît rapidement dans les flots une fois la mer atteinte. Témoins de son passage: les imposantes traces de ses reptations, qui ressemblent à celles d'une roue d'un gros 4x4.
La saison de la ponte a commencé début octobre et devrait durer environ deux mois. A chaque fois la tortue se rend de nuit sur la plage, creuse un trou, pond et recouvre les oeufs de sable avant de repartir, le tout en un peu moins de 2 heures.
Elle pond entre 50 et 120 oeufs, un oeuf sur trois étant un "faux", sans embryon, raconte Joan, ancien piroguier reconverti dans la défense de l'écologie de son pays. "Les faux oeufs font partie du nid. Ils participent à la circulation de l'air, à la température", explique-t-il soulignant: "sans doute, la nature a-t-elle aussi prévu des genres de leurre pour les prédateurs".
Les prédateurs sont nombreux: varans, crabes, oiseaux qui font partie du cycle naturel mais aussi l'homme, qui peut s'en nourrir, et les chiens errants, qui les mettent au jour.
"Sur mille oeufs pondus, on estime qu'un individu seulement atteindra l'âge adulte", explique Angela Formia, du Wildlife Conservation Society (WCS). D'octobre à avril, Joan reste sur les plages de Pongara pour tenter d'augmenter les chances de survie des oeufs. "Quand la tortue pond sous la ligne de marée, les oeufs sont condamnés. On les récupère donc et on les met dans une écloserie", située un peu plus haut sur la plage, raconte-t-il.


AFP
Mercredi 2 Décembre 2009

Lu 204 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs