Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les pêcheurs européens sommés de lever l’ancre Le Maroc naviguera sans l’Union européenne




Les pêcheurs européens sommés de lever l’ancre Le Maroc naviguera sans l’Union européenne
Sidérant ! L’accord de pêche avec l’UE, signé en 2006 et entré en vigueur en février 2007 pour une période de quatre ans, n’a pas été renouvelé, faute d’approbation par le Parlement européen à Strasbourg. En effet, une majorité d’eurodéputés (326 contre 296 et 58 abstentions) ont rejeté mercredi dernier, en session plénière, la prorogation du protocole, en votant un peu contre la recommandation de la commission de la pêche et en s’alignant sur le rapport original du Finlandais Carl Haglund.
Le rapporteur du texte avait appelé le Parlement européen à ne plus accepter l’accord dans ses dispositions actuelles pour des raisons économiques, écologiques et juridiques et même un peu plus. Des considérations politiques plus tendancieuses qu’objectives de par ses accointances avec les voisins de l’Est, le poussaient à défendre son dossier à cet effet. Les intérêts de la population sahraouie devaient être mieux pris en considération, selon l’élu libéral finlandais. C’est un «gaspillage d’argent des contribuables européens, et qui n’a aucune incidence notable en termes macro-économiques tant sur l’Union européenne que sur le Maroc», déclarait-il lors du débat précédant le vote. Mais Haglund, certainement pressé par quelques ONG pro-Polisario et qui n’a pas son pareil pour aussi bien caresser dans le sens qu’à rebrousse-poil, ajoutait :«Ce rejet ne devait pas être considéré comme un geste hostile envers nos partenaires ». Par ailleurs, il se disait être, histoire de ne pas fermer entièrement la porte, « en faveur d’un nouvel accord avec le Maroc, mais de meilleure qualité ». La Commissaire européenne chargée des Affaires maritimes et de la Pêche, la Grecque Maria Damanaki, notre meilleure ennemie dans ce dossier,  se déclarait vis-à-vis de cette possibilité, évidemment et comme à l’accoutumée, bien pessimiste quant à sa réalisation.
Un accord de meilleure qualité ? Pour qui ?  A titre de rappel, l’accord qui aurait dû courir jusqu’à février prochain, rapportait quelque 36,1 millions d’euros au Maroc par an. C’est une misère et une insulte à la trentaine de millions de Marocains. Nos ressources halieutiques, dans lesquelles puisaient à tous vents, la flottille de 119 bateaux de pêche européens et plus particulièrement celle de la Péninsule ibérique (espagnole et portugaise), ne valent même pas le transfert de club à club d’un joueur de football juste au-dessus de la moyenne (celui de Ronaldo au Real Madrid avait rapporté à son club vendeur, Manchester United, une centaine de millions  d’euros). De plus, même s’ils sont censés ne pêcher que soi-disant le surplus, qui d’entre eux se conforment réellement à la réglementation marocaine en vigueur ? Les chalutiers, quelle que soit leur nationalité, ont l’obligation de débarquer leurs prises dans les ports marocains. Rares sont ceux qui s’y plient, préférant vendre en haute mer aux navires étrangers, profitant en cela, d’un manque de moyens flagrant,  du contrôle maritime marocain dans ses eaux parfois même sous l’œil bienveillant de bâtiments militaires battant même pavillon.
La réaction du Maroc à ce non-sens ne s’est pas fait attendre longtemps. En effet, et aussitôt le vote prononcé, le gouvernement marocain, par le biais de  son ministère des Affaires étrangères, faisait savoir dans un communiqué qu’il fermait ses eaux aux bateaux de pêche européens et que ces derniers avaient jusqu’à mercredi avant minuit pour les quitter. Voilà, là, un principe de réciprocité que l’on ne connaissait guère au gouvernement sortant. Ça sonnait pour ainsi dire comme un chant de cygne et témoignait, telle la chaude patate, de la difficulté de la tâche qui attend désormais  Abdelilah Benkirane & Co à défendre ce dossier dont ils se seraient volontiers passés pour une entrée en matière. En attendant, Fassi Fihri déclarait hier qu’il ne fallait dorénavant ne plus compter que sur nous-mêmes.
D’un autre côté et aux niveaux des différents gouvernements européens, des Etats comme l’Espagne, la France, le Portugal  et les principaux concernés (différentes fédérations et autres associations de pêcheurs et d’armateurs…)  par le goût de nos poissons, se soulevaient çà et là en qualifiant cette situation de grave. Mais le mal était fait et au meilleur des cas, il va falloir au moins une saison pour y remédier.

Libé
Vendredi 16 Décembre 2011

Lu 1217 fois


1.Posté par Abdallah le 16/12/2011 16:51
Enfin, un salut divin! Dieu Merci!
Plus, jamais d'accords impérialistes de ce genre!
Nous saluons la déclaration du Ministre marocain Mer AKHNOUCH!

2.Posté par elheddaoui le 16/12/2011 21:46
sommes-nous indépendants?, je le savais pas.

3.Posté par Nadia le 17/12/2011 21:14
Il n'y a que dans ce genre de situations que le Maroc peut reconnaitre entre ses "vrais" et ses "faux" amis ! Très bonne décision de Rabat !! Qu'ils lèvent l'ancre et qu'ils rentrent chez eux .. Allez out !! Ceux qui me font de la peine ce sont tous ces pêcheurs qui se sont retrouvés au chômage .. Très bonne réplique du ministre Akhennouch !!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs