Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les ordures de Beyrouth font vaciller le pouvoir libanais



Des milliers de manifestants dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement



La police libanaise a eu recours samedi soir à Beyrouth aux gaz lacrymogènes, aux canons à eau et à des tirs de sommation pour tenter de disperser des milliers de manifestants réclamant la démission du gouvernement, auquel ils reprochent sa mauvaise gestion de la crise concernant l'enlèvement des ordures ménagères. Trente-cinq personnes, dont des manifestants et des policiers, ont été blessées dans les heurts, a indiqué la police. Les forces de l'ordre ont bouclé le centre de la capitale, aux abords du parlement et des édifices gouvernementaux, pour tenir à distance la plus grande manifestation antigouvernementale depuis des mois."Les gens veulent le renversement du régime", ont déclaré des manifestants, reprenant des slogans du temps du "Printemps arabe" en 2011, qui a fait tomber plusieurs dirigeants en place de longue date, de la Tunisie à l'Egypte ou à la Libye.
En juillet, le pays a été confronté pendant plusieurs semaines à la présence d'ordures dans les rues, la classe politique ne parvenant pas à s'entendre sur l'endroit où les entreposer. La crise a été temporairement résolue avec le déblaiement des rues, mais les dissensions au sein du gouvernement sur le choix de l'entreprise devant obtenir un nouveau contrat d'enlèvement des ordures ménagères ont exposé le pouvoir à des accusations de corruption.
Le gouvernement libanais est particulièrement affaibli depuis le début du conflit civil en Syrie voisine, conflit qui exacerbe les divisions politiques ainsi que les tensions intercommunautaires au Pays du Cèdre.
La présidence libanaise est vacante depuis plus d'un an et le parlement élu en 2009 a prorogé son propre mandat et reporté les élections législatives à 2017 en raison de l'instabilité ambiante. Un gouvernement d'union nationale maintient un semblant d'autorité centrale et contribue à contenir les tensions intercommunautaires.

Lundi 24 Août 2015

Lu 626 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs