Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les opposants de la place Tahrir plus déterminés que jamais




Les opposants de la place Tahrir plus déterminés que jamais
Les manifestants rassemblés place Tahrir au Caire pour réclamer la démission du président égyptien Hosni Moubarak se sont dits plus déterminés que jamais après la charge de partisans du chef de l'Etat qui a fait cinq morts.
Plusieurs centaines d'entre eux sont restés toute la nuit sur la place, épicentre de la contestation, où le calme est revenu après une nuit d'affrontements.
"D'une façon ou d'une autre, nous feront tomber Moubarak", scandaient certains au petit matin. "Nous ne renoncerons pas! On ne nous achètera pas!", renchérissaient d'autres manifestants. Malgré les heurts, les détracteurs du président ont conservé le contrôle de la place, dont les accès sont désormais gardés et barricadés.
Des images diffusées par la chaîne de télévision Al Djazira montrent des militaires procédant à l'arrestation d'individus en civil. Des partisans de Moubarak seraient en outre interrogés par l'armée, selon des manifestants.
Le ministre de la Santé a fait état de cinq mort de 836 blessés, dont 86 sont toujours hospitalisés. Al Arabiya avance quant à elle un bilan de dix morts et de 1.500 blessés.
Des cliniques improvisées ont été dressées sur place pour procéder aux premiers soins avant l'évacuation des blessés dont l'état l'exige.
Des dizaines de blessés tous les quarts d’heure
"Les choses se sont calmées maintenant, mais, dans la nuit, nous recevions plusieurs dizaines de blessés tous les quarts d'heure. On a eu des blessés sur toute la place. Les voyous qui nous encerclent ont essayé de s'en prendre à nouveau à nous, mais nous avons heureusement réussi à les arrêter", a déclaré le Dr Mohamed Abdel Hamid, interrogé par Reuters.
Mercredi, des manifestants ont dit avoir été attaqués par des partisans de Moubarak à cheval et à dos de dromadaire. D'autres ont ouvert le feu et ont bombardé les manifestants de pierres et de cocktails molotov.
Les occupants de la place, munis de boucliers improvisés faits de panneaux et de toutes sortes d'objets, ont riposté à coups de pierres et ont donné la chasse à leurs agresseurs. Cinq au moins ont été remis à l'armée, qui s'est tenue à l'écart des affrontements malgré les appels à l'aide des manifestants.
"Ce qui s'est passé renforce notre détermination à faire tomber Moubarak. Il n'y aura de négociation avec aucun membre de régime Moubarak après ce qui s'est produit hier et ce qui continue à se produire sur la place Tahrir", a assuré un représentant du mouvement Kifaya (Ça suffi) interrogé sur Al Djazira.

Reuters
Vendredi 4 Février 2011

Lu 376 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs