Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les opérateurs touristiques appelés à mieux assumer leurs responsabilités : Le président de la META plaide pour un désengagement de l'Etat




Les opérateurs touristiques appelés à mieux assumer leurs responsabilités : Le président de la META plaide  pour un désengagement de l'Etat
Le secteur tertiaire doit sortir de la tutelle des autorités publiques, comme c'est le cas dans des pays développés tels que les Etats-Unis, l'Espagne, l'Allemagne, ou encore le Royaume-Uni qui ne disposent pas de ministères du Tourisme. C'est l'une des conclusions auxquelles sont arrivés les responsables de la Fédération nationale du tourisme lors d'une conférence tenue mercredi à Casablanca sous le thème « Pour un partenariat public-privé (PPP) renforcé au service du tourisme marocain ».
Les opérateurs du secteur doivent prendre les choses en main et ne pas attendre tout de la part de l'Etat, a-t-il souligné en donnant l'exemple de plusieurs pays qui ne disposent pas de département dédié à ce secteur, jugé prioritaire dans l'ensemble de ces pays.  La question qui s'impose est donc de savoir si l'Etat pourrait se désengager alors qu'il est à la fois aménageur, développeur et promoteur touristique. C'est ce qui rend tout désengagement de sa part irréalisable  au moins dans le court et le moyen termes.
Etienne Pauchant, président de la Mediterranean Travel Association (META) a, dans ce sens, insisté sur l'importance de ce secteur pour le Royaume du fait qu'il est le premier contributeur au PIB et la première source d'emploi, en soulignant que sa contribution au BIB a été estimée à 19,3% en 2011 par le World travel and tourism council (WTTC). Ce qui implique, selon lui que « les services publics ont la lourde charge d'organiser un service d'accompagnement auprès du secteur privé pour maintenir ou augmenter la part générée par l'industrie du tourisme au niveau du PIB». 
Le challenge de 20 millions de touristes à l'horizon 2020 fixé par le Plan Azur rend indispensable le partenariat public-privé, a estimé le président de la META. Ce partenariat est devenu de plus en plus indispensable pour faire face aux mutations profondes que connaît la demande (diminution du recours aux méthodes classiques de réservation, la diminution du nombre et de la durée des séjours à l'extérieur de l'Europe  et augmentation des destinations domestiques dans cette zone à cause de la crise économique), a-t-il ajouté. 
Il a, par ailleurs, mis en exergue la nécessité d'une collaboration urgente pour combler le déficit enregistré récemment après les retraits des compagnies low cost Rynair et Easyjet qui ont annoncé leur repli du Maroc.
Pour sa part, le président d'honneur de la FNT, Othmane Cherif Alami, qui a été plus franc que ses homologues, a mis le doigt sur le décalage entre les programmes élaborés et leur mise en œuvre. Le PDG d'Atlas Voyages a considéré que «le moteur est en panne», avec  «des mises en chantier à la traîne, un aérien qui bat de l'aile et des compagnies low-cost qui plient bagage». 
Il a, par la suite, plaidé pour l’augmentation du budget alloué à l’Office national marocain du tourisme (ONMT), tout en demandant sa restructuration. Une restructuration qui, à son sens, devrait accorder plus de prérogatives au privé et opter pour plus de responsabilisation et d’implication dans la gestion de la chose publique. 
D’un autre côté, il a dénoncé le retard pris dans la mise en place des agences de développement territorial, la mise à l’écart des Conseils régionaux du tourisme (CRT), et la manière dont sont redistribuées les recettes de la taxe de promotion touristique. Sur ce point il voit qu’une cogestion de ces deniers serait bénéfique pour le secteur. 
De son côté, Ali Ghennam, président de la FNT, a affirmé que le partenariat public-privé a permis au Maroc de réaliser les principaux objectifs de la Vision 2010 à hauteur de 93% (9,3 millions d’arrivées contre 10 millions prévues). Selon lui, la stratégie sectorielle (Plan Azur) a été dupliquée aux autres secteurs (plan «Emergence» pour l’industrie, plan «Maroc Vert» pour l’agriculture et plan «Halieutis» pour la pêche maritime).
Grâce au PPP, plusieurs mesures ont été prises et des chantiers ont été lancés en matière de marketing, de publicité, de promotion touristique et des infrastructures ciblant tous les maillons de la chaîne de valeur touristique, a-t-il ajouté en évoquant les moyens de renforcer davantage ce partenariat gagnant-gagnant. Ghennam s’est également penché sur un problème fondamental dont souffre et souffrira non seulement le secteur touristique mais toute l’économie marocaine, à savoir la domination de la culture francophone. «Cette culture est fondée essentiellement sur l’esprit critique contrairement à l’anglo-saxonne qui prône l’esprit positif. Un Français te dira toujours: oui,….. mais …. Alors qu’un  Anglais répondra toujours yes …. and… », a-t-il ironisé. Sur ce point, il a signalé la nécessité d’une  remise en cause du modèle de management en vigueur et l’adoption du modèle anglo-saxon.
La conclusion principale à laquelle sont arrivés les participants à cet évènement est la nécessité d’une remise à plat du PPP dans l’objectif d’améliorer la compétitivité du secteur touristique pour son bien et pour le bien de toute l’économie nationale.
M. Pauchant a présenté, quant à lui, une étude de la  META selon laquelle 2012 serait l’année de l’émergence de trois nouvelles exigences : l’exigence de qualité (propreté des sites touristiques, qualité de l’air, de l’eau), l’exigence d’authenticité (artisanat de fabrication locale et non importé) et l’exigence de durabilité.  A ce propos, il a appelé les opérateurs touristiques à s’adapter à cette nouvelle donne. «Le secteur doit corriger  les anomalies dont il souffre, en matière de qualité de service, d’hygiène, de qualité de l‘air et de l’eau, d’hébergement, d’infrastructures routières et de services des télécoms», a-t-il conclu.
 
 
 

MOHAMMED TALEB
Vendredi 20 Juillet 2012

Lu 562 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs