Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les occidentaux demandent toujours la réintégration de cette province dans la Géorgie : Le président de l’Abkhazie réélu pour un second mandat




Sergueï Bagapch, président sortant de la province sécessionniste géorgienne d’Abkhazie, a été réélu pour un second mandat lors de l’élection présidentielle de samedi, selon les premiers résultats publiés dimanche.
Le scrutin a été salué par la Russie, rare pays à avoir reconnu l’indépendance de cette région, mais dénoncé par l’opposition qui crie à la fraude.
Le président sortant a recueilli 59,37% des voix, contre 15,44% à son principal adversaire, l’ancien agent du KGB Raul Khadzimba.
Les observateurs russes ont estimé que les opérations de vote s’étaient déroulées “dans la transparence”. L’opposition a dénoncé de son côté des irrégularités. Cette élection, organisée avec l’assentiment de Moscou, était le premier scrutin depuis que la Russie a reconnu l’indépendance de ce territoire de 200.000 habitants au bord de la mer Noire, qui s’est séparé de la Géorgie après le bref conflit armé qui a opposé en août 2008 Tbilissi et Moscou au sujet de l’Ossétie du Sud, autre région sécessionniste.
Les pays occidentaux, qui demandent la réintégration de la province dans la Géorgie, l’ont pour la plupart ignoré. La Géorgie a évoqué une “comédie” orchestrée par la Russie.
Trois des quatre adversaires du président sortant ont tenu le jour du scrutin une conférence de presse commune au cours de laquelle ils ont affirmé avoir constaté de vastes irrégularités.
“Un grand nombre de violations pourrait servir à déclencher des tensions. La commission électorale centrale devrait en prendre conscience et y mettre fin”, a déclaré Raul Khadzimba, qui n’a pas exclu que l’opposition appelle à l’annulation du scrutin.
Bagapch a pris les rênes de l’Abkhazie en 2005 après avoir battu Khadzimba à la présidentielle. Le signe le plus évident de l’influence de Moscou dans la région est la présence de forces russes qui patrouillent le long des frontières abkhazes et sur le littoral.
Au total, 3.600 soldats russes sont stationnés sur le territoire et l’armée russe érige des bases militaires en vue d’une présence à long terme, 15 ans après la sécession de l’Abkhazie avec le reste de la Géorgie, lors d’un conflit consécutif à la dislocation de l’Union soviétique.
“Il y a peu de risques que l’indépendance de l’Abkhazie soit menacée, mais la grande question, c’est la qualité de cette indépendance”, a déclaré à Reuters Inal Khachig, directeur du quotidien indépendant abkhaze Tcheguemskaïa Pravda.

Reuters
Lundi 14 Décembre 2009

Lu 154 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs