Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les nouvelles prévisions du HCP : La croissance économique revue à la hausse




Les nouvelles prévisions du HCP : La croissance économique revue à la hausse
Le Haut commissariat au plan vient de publier une note d’information sur l’économie nationale en  2011 et 2012.
Dans ce document, le HCP souligne que  la croissance économique estimée à 4,8% en 2011, serait en légère hausse par rapport à 4,6% annoncée dans le budget économique prévisionnel publié au mois de janvier de cette année.
Elle serait également en hausse de 1,1 point par rapport à 2010 où la croissance économique était de 3,7%. Cette évolution aurait bénéficié de la relance de certaines activités économiques, d’une part,  et des mesures prises par les pouvoirs publics en réponse aux évolutions contraignantes de l’environnement international, d’autre part.  
L’estimation de la croissance économique nationale de 2011 est faite ainsi sur la base des réalisations préliminaires de la campagne agricole 2010/2011 et de l’augmentation des dépenses publiques, sous l’effet de la hausse des subventions des prix à la consommation par rapport à leur niveau initial retenu par la loi de finances 2011, d’une part, et  de la hausse de la masse salariale dans les secteurs public et privé, en application des dispositions du dialogue social et de l’opération de recrutement des diplômés, d’autre part.
Avec une production céréalière d’environ 80 millions de quintaux, la campagne agricole 2010/2011 aurait enregistré une augmentation de 14,2% par rapport à 2010. En outre, les activités liées aux autres composantes de l’agriculture et à l’élevage devraient réaliser de bons résultats, suite aux conditions pluviométriques satisfaisantes durant cette campagne.
Parallèlement, souligne la note du HCP,  les activités non agricoles consolideraient leur reprise amorcée en 2010, sous l’effet de la poursuite de la politique budgétaire expansive en 2011 et du dynamisme des exportations marocaines. A  cela s’ajoutent  les nouvelles augmentations décidées en matière des dépenses budgétaires de compensation qui atteindraient 32 milliards de dirhams au lieu de 17 milliards approuvés dans la loi de finances 2011. De même, plus de 8 milliards de dirhams de dépenses publiques supplémentaires sont arrêtées dans le cadre du dialogue social pour couvrir l’augmentation nette de 600 dirhams des salaires de l’ensemble des fonctionnaires de l’Etat à compter du 1er mai 2011 et le relèvement du quota de la promotion interne dans la Fonction publique.
Par ailleurs,  les autres mesures retenues dans ce cadre concernent la hausse de 15% du seuil du Salaire minimum en deux tranches sur deux ans (10% au 1er juillet 2011, puis 5% un an après) et le relèvement de la pension minimale de retraite à 1000 dirhams aussi bien dans les secteurs public que privé.
Le pouvoir d’achat des ménages devrait, ainsi, connaître une amélioration en 2011, permettant ainsi à la consommation des ménages, constituant plus de la moitié du PIB, de consolider son rythme de croissance élevé, de l’ordre de 4% en volume au lieu de 2,2% en 2010.
Pour ce qui est des perspectives de l’économie nationale en 2012, la croissance, selon la note du HCP, serait consolidée en 2012 et devrait s’accroître de 7,6% au lieu  de 6,2% en 2011.
Cette croissance est établie sur la base de l’hypothèse de reconduction de la politique budgétaire en vigueur en 2011, d’une production céréalière d’environ 70 millions de quintaux durant la saison 2011/2012, ainsi que des perspectives d’évolution des principales variables de l’environnement international, notamment la demande mondiale adressée au Maroc.
La croissance du Produit intérieur brut devrait se situer ainsi à près de 4,5% en volume en 2012. Par grand secteur, la valeur ajoutée primaire (secteur agricole et pêches) connaîtrait une légère hausse de 1,5%, alors que celle des activités non agricoles maintiendrait son rythme d’accroissement à 4,9%. Plus précisément, les activités du secteur secondaire, dans l’élan de leur tendance ascendante depuis 2010,  dégageraient une valeur ajoutée en progression de 5% et celle du secteur tertiaire de 4,7%.
Concernant l’évolution de l’inflation, l’accélération attendue de la demande intérieure, associée à la persistance de la hausse des prix à l’importation, exercerait, en dépit du niveau élevé des dépenses de compensation, une légère pression sur les prix intérieurs. L’inflation, mesurée par le prix implicite du PIB, passerait de 1,6% en 2011 à 2,5% en 2012, indique la note du HCP. 

Larbi Bouhamida
Vendredi 1 Juillet 2011

Lu 396 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs