Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les nouvelles de Abdelaaziz Rachidi font le voyage dans la langue de Molière




C’est son premier recueil de nouvelles traduit de l’arabe vers le français. Mais, ce n’est que le début d’un autre projet qui illustre son parcours d’homme de lettres. Abdelaziz Rachidi qui vient de publier «Douleur de sables» aux éditions la Culture du Sud, s’avère être l’un des jeunes écrivains les plus prolifiques de son temps « au royaume, et peut-être dans le monde arabe. A peine a-t-il publié une œuvre qu’il s’apprête à achever une autre. Et pourtant, on le rencontre dans de nombreuses manifestations. A titre d’exemple, il assure même le rôle de principal organisateur de la «Rencontre du roman à Agadir».
Avec «Douleur de sables», le jeune nouvelliste et romancier confirme une tendance, un penchant et une passion littéraire : celle d’écrire, de penser, de vivre et de sentir le désert. Ce recueil de 97 pages, comporte ainsi des nouvelles inspirées de ce vaste espace, de cette nature saharienne qui a marqué son enfance, sa jeunesse et du coup son imaginaire. Ce natif de Zagora en a fait tout un monde de fiction et d’évasion. Avec une douzaine de nouvelles, dont «Ruelle des morts», «Perte», «La morsure», «Festins du Sud», l’écrivain démontre sa connaissance d’un monde, pourtant inaccessible. « Le vent le pousse quand il est de son côté, le repousse quand tous les deux s’affrontent, sa tête défie sa dureté, le sable emplit ses yeux, et les tempêtes se balancent telle une symphonie … », L’auteur décrit, mais ne s’arrête pas à cet aspect, il vit la scène décrite. Une symbiose  et une communion prometteuses.  

Repères

Abdelaziz Rachidi est lauréat de plusieurs prix dont celui de l'Union des écrivains du Maroc (UEM) et de Sakiat Essaoui d'Egypte et un troisième du département de la culture à Chareka aux Emirats arabes unis. Celui qui préside l’Alliance des écrivains du Sud s'est également vu attribuer en 2006 une bourse de la création accordée par l'institution culturelle égyptienne "Al Mawrid Attakafi " en faveur des jeunes artistes et auteurs arabes. Il a été également choisi parmi les quarante meilleurs jeunes écrivains arabes par « Hay festival » à Beyrouth.
Parmi ses précédentes parutions, il y a lieu de citer «Ruelle des morts» (nouvelles), «Enfance d’une grenouille» (nouvelles), «Bédouins au bord de la falaise» (roman), «Etrangers sur ma table» (textes), «Journal  de Sinbad du Sahara» et bientôt «Cuisine d’amour » (roman).

Mustapha Elouizi
Vendredi 1 Juin 2012

Lu 390 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs