Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les négociations trébuchent : Au Mali, la situation devient de plus en plus compliquée




La situation actuelle du Mali est préoccupante et chaque jour qui passe devient difficile pour le peuple. La reconquête du nord du Mali par les forces armées semble bien difficile. Par ailleurs, les militaires doivent trouver une solution face à cette malheureuse crise qui s’abat sur le peuple malien.
La présidente de la CAFO, Mme Traoré Oumou Touré, est très claire : elle propose un couloir de négociations et demande aux femmes et aux jeunes de se mobiliser davantage. «Il faut un dialogue, car un pays  où il n’y a pas de dialogue n’évolue pas, et c’est très dangereux de fermer le dialogue aux citoyens», déclare-t-elle lors d’une interview, le 10 mai 2012.
Désarçonnés et anéantis par la crise, les Maliens se posent une seule question : qui sera le nouveau président de transition, après Dioncouda Traoré, l’intérimaire, dont le mandat prend fin dans une semaine ?
Le moins que l’on puisse dire, est que les habitants du nord traversent  actuellement une situation assez critique. Les groupes armés qui contrôlent cette partie du pays depuis le mois de mars  après le coup d’Etat mené par le capitaine Sanogo, renforcent chaque jour leurs positions. Les exilés sont de plus en plus nombreux, sans oublier les populations déplacées à l’intérieur du Mali qui commencent sérieusement à ne plus pouvoir se nourrir.
 Cri d’alarme à Tombouctou. Dans dix jours, la ville risque de ne plus avoir ni électricité, ni eau à cause de la pénurie de gasoil. L’approvisionnement en carburant est vital pour la population de cette cité aujourd’hui sous le contrôle du mouvement Ansar Dine. Le responsable d’Energie Mali à Tombouctou, Mohamed Lamine Boka, qui fait l’intérim du directeur régional, est catastrophé.
Face à la situation chaotique que vit actuellement le peuple malien, les Etats-Unis ont exprimé vendredi leur profonde inquiétude et ont demandé  au leader de la junte Amadou Sanogo et aux membres du comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE), qui a été mis en place par la junte, de démissionner afin  de laisser à l’administration intérimaire dirigée par le président Dioncounda Traoré et le Premier ministre Cheick Modibo Diarra de gouverner librement et organiser des élections présidentielles le plus rapidement possible.

Kadidiatou Koné (stagiaire)
Lundi 14 Mai 2012

Lu 552 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs